Publié dans Politique

Infrastructures pétrolières - Sécurité à renforcer

Publié le lundi, 17 juin 2019

La question énergétique est au cœur des préoccupations majeures du moment à Madagascar. La stratégie de la carotte engagée par le pouvoir central avec les pétroliers, en faveur de la baisse du prix à la pompe, en est la partie visible de l'iceberg. Il en est de même du sort réservé aux îles malagasy dans le Canal de Mozambique et de celui des blocs pétroliers soumis aux appels d'offres lancés en Afrique du Sud l'an passé.

 

Comme par coïncidence, la Chambre africaine de l'énergie appelle les gouvernements africains et les sociétés pétrolières à faire davantage pour protéger la sécurité des infrastructures énergétiques en Afrique. Les infrastructures pétrolières et gazières sont rapidement en train de devenir une cible principale pour les terroristes, les organisations solitaires, les acteurs étatiques et non étatiques hostiles et les entreprises criminelles.

Augmentation des attaques

Les récentes attaques au Moyen-Orient - l'attaque de drones sur les gazoducs de Saudi Aramco et celle sur les pétroliers dans le golfe d'Oman - confirment un précédent (et malheureusement des techniques, des tactiques et des procédures pour ceux qui ont une intention malveillante) et des méthodes d'attaque simples qui créent des problèmes complexes pour les propriétaires et exploitants de ressources énergétiques et naturelles. Comme au Moyen-Orient, l'Afrique connaît une augmentation d'attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles critiques : attaques d'une usine de traitement du gaz, vandalisme d'un pipeline, attaques de rebelles sur des gisements de pétrole et des raffineries et attaques de rançons. L'une des principales préoccupations suscitées par les attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact catastrophique sur la fourniture de produits et services énergétiques en Afrique.

Attaque physique

La demande locale, régionale et mondiale pour les ressources énergétiques et naturelles détenues par les pays africains ne cesse de croître. La plupart des pays africains dépendent de la disponibilité de leurs ressources naturelles pour générer une valeur économique pour leurs sociétés respectives. Il en va de même pour l'alimentation en électricité issue de leurs infrastructures d'énergie critiques, ce qui crée des opportunités intéressantes - aux niveaux local, régional et mondial. Une autre préoccupation majeure générée par les  attaques contre les infrastructures énergétiques et de ressources naturelles est l'impact de ces événements sur les économies qui comptent sur ces actifs pour générer des revenus.

Pour les impacts sur l'approvisionnement, les menaces à la sécurité - physiques et cybernétiques - constituent un danger immense pour tous les principaux secteurs de la chaîne de valeur économique du pétrole et du gaz, de l'énergie et des services publics et des ressources naturelles. Cela est dû en grande partie au chevauchement et à l'interdépendance des secteurs. Une attaque physique ou une cyber-attaque sur un actif en amont peut entraîner des problèmes opérationnels et des catastrophes financières en aval, a expliqué un expert.

Protection physique

Il en va de même en sens inverse : une attaque physique ou une cyber-attaque en aval peuvent perturber les activités en cours de production et mettre un terme à l'activité en amont d'un producteur. Le même scénario peut être appliqué aux actifs énergétiques - production, transport et distribution. Ces types de perturbation peuvent non seulement avoir un impact négatif sur les emplois au niveau du marché local, mais également sur les banques centrales des pays africains qui dépendent des revenus générés par leurs actifs d'infrastructures énergétiques critiques et de ressources naturelles.

Les pays africains et les sociétés pétrolières et gazières doivent se mobiliser immédiatement et prendre les mesures nécessaires pour remédier à ce problème. La Chambre continuera de soutenir tous les efforts visant à assurer la stabilité et la sécurité des infrastructures pétrolières et gazières, à la fois onshore et offshore. Cela va dans l'intérêt des entreprises et des citoyens. La protection et l'amélioration de la résilience des systèmes énergétiques exigent la vigilance, la planification d'urgence et la formation. En définitive, les parties prenantes africaines de l'énergie doivent s'engager activement et immédiatement dans la protection physique et cybernétique de leurs infrastructures énergétiques critiques et de leurs ressources naturelles.

Recueillis par M.R.

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff