Publié dans Politique

Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française

Publié le mardi, 16 juillet 2019

L’enquête menée dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) français concernant les époux Ravatomanga (Groupe Sodiat) vient de prendre une tournure en faveur de ces derniers. En effet, la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris a infirmé, le 24 juin dernier, les ordonnances autorisant les saisies immobilières prises le 15 juin 2018 par le juge des libertés et de la détention concernant des biens appartenant au couple suscité situés sur le sol français. En clair, la Cour a ordonné la mainlevée immédiate des saisies en question, ayant estimé que les mis en cause n’ont violé aucune norme fiscale ou comptable en vigueur. Pour mieux comprendre cette affaire, il faut savoir qu’elle a démarré suite à des dénonciations, orchestrées visiblement par des politiciens malagasy, apparues dans la presse aussi bien nationale qu’internationale. Les délations en question accusent Maminiaina Ravatomanga de trafic de bois de rose, de corruption et de fraude fiscale. Selon certaines sources également, les accusations auraient été appuyées par une « déclaration de soupçon » de bien mal acquis effectuée auprès de la Justice française, une démarche qui aurait eu pour effet de déclencher l’enquête préliminaire du PNF.


 Motivation sur le fond
 Le complot visant à abattre le patron du Groupe Sodiat fut minutieusement monté. Outre la cabale médiatique et la déclaration de soupçon suscitée, elle s’appuyait sur des faits réels, à savoir l’existence sur le sol français de biens immobiliers rattachés à des Sociétés civiles immobilières (SCI) appartenant au couple Ravatomanga. Il n’en fallait pas plus pour que le PNF confie l’affaite à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF, organisme français), tout en requérant des mesures coercitives sévères, dont la saisie de tous les immeubles appartenant à l’intéressé et à sa famille en France.
Une année après cette saisie, la Cour d’appel de Paris a donc, non seulement censuré les quatre ordonnances de saisies immobilières sur les biens des Ravatomanga mais, chose assez rare, a également adopté une motivation « sur le fond ». En effet, pour cette juridiction de 2ème ressort, l’enquête n’a révélé aucune infraction relevant de la fraude fiscale susceptible d’être imputée aux entreprises contrôlées par les intéressés, ni aucun indice ne venant étayer un manquement à leurs obligations déclaratives. En quelques mots, les époux Ravatomanga n’ont violé aucune norme fiscale ou comptable en vigueur. Au-delà de sa portée juridique, cette décision de la Justice française vient de mettre à nu la machination que le régime HVM avait ourdie contre un proche de Andry Rajoelina et ce, afin d’atteindre celui-ci. Il apparait maintenant en effet que les attaques médiatiques sans fin sur cette affaire faites à l’époque dans la presse pro-HVM reposaient en fait sur du pur montage. La manigance, visiblement, a été mise en œuvre avec le concours d’une (des) personne(s) connaissant très bien le monde de la presse pour la partie médiatique, ainsi que d’autre(s) rompues aux arcanes du droit français, pour la partie judiciaire.

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff