Publié dans Politique

Jean Max Rakotomamonjy - L’« usurpateur » sorti par la petite porte

Publié le lundi, 22 juillet 2019

La réélection de Christine Razanamahasoa à la tête de l’Assemblée nationale n’a été qu’une simple formalité. Cela prouve qu’elle a été, et elle est la présidente légitime de cette institution. Jean Max Rakotomamonjy n’a été qu’un usurpateur au service de l’ancien régime, et ce durant près de 5 ans.
En 2014, Christine Razanamahasoa a été la première femme à briguer et à obtenir le poste de « présidente de l’Assemblée nationale ». En 2019, bis repetita. Elle succède à sa propre succession en étant la seconde femme élue à ce poste par la majorité des députés nouvellement élus. Son élection était inéluctable, comme une lettre à la poste. Un titre qui lui revient de droit après 5 ans mise sur le banc de touche. Et durant ces 5 dernières années, beaucoup d’eau ont coulé sous les ruines laissées par le régime HVM. Pour rappel, l’élection de cette proche du Président de la République Andry Rajoelina en 2014 à l’hémicycle de Tsimbazaza a déréglé les projets mercantiles de l’ancien régime. Ce dernier pensait qu’elle constituait une « empêcheuse de détourner des fonds », et qu’il fallait coûte que coûte, voire « mallette par mallette », mettre sur le bas-côté de la route. Le subterfuge Jean Max Rakotomamonjy a été monté de toutes pièces pour la destituer, avec le coup de pouce de la Haute Cour constitutionnelle qui a feint d’ignorer le principe de non  rétroactivité du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale, monté et adopté à la va-vite. Un règlement intérieur qui fut l’arme de destitution de Christine Razanamahasoa malgré ses véhémentes contestations.


Commission d’enquête parlementaire
Pendant ces 5 ans, Jean Max Rakotomamonjy jouait l’intermédiaire véreux entre l’Exécutif et l’Assemblée Gationale. Un intermédiaire qui aurait été chargé de « mallettes » à distribuer aux députés, tout en se servant au passage. La mission était simple. Détruire de l’intérieur le MAPAR, monter la PMP ou Plateforme pour la Majorité Présidentielle afin de proposer le Premier ministre et le Gouvernement et faire passer tous les projets de loi qui ont été déposés devant le bureau permanent de l’hémicycle. Sans oublier, en passant, de comprimer le rôle primordial de l’Assemblée nationale : contrôler les actions de l’Exécutif.Cet ancien élu d’Andapa n’a été qu’un usurpateur pendant ces 5 ans. L’une des raisons pour laquelle l’équilibre et la séparation des pouvoirs n’ont pas été respectés, offrant ainsi à l’ancien régime et ses sbires un boulevard pour se servir impunément sur les deniers publics et les richesses nationales au détriment de l’intérêt général. Sorti avec 0,23% au  premier tour de l’élection présidentielle, Jean Max Rakotomamonjy n’a plus osé se soumettre au verdict des urnes lors des législatives. Une commission  d’enquête parlementaire devrait être mise sur pied pour contrôler la gestion administrative et financière de la Chambre basse durant ces 5 dernières années. Une commission d’enquête parlementaire couplée d’une descente des inspecteurs d’Etat, notamment pour scruter à la loupe les va-et-vient des fonds alloués à cette chambre.
La Rédaction

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff