Publié dans Politique

Retour d’âge - Ravalomanana, le cafardeur

Publié le dimanche, 04 août 2019

Lors d’une conférence de presse tenue à son retour au pays après un séjour à Bruxelles, Marc Ravalomanana a révélé les teneurs des discussions qu’il a eues avec des personnalités étrangères sur le sujet de l’opposition officielle. Il est apparu à cette occasion que, comme stratégie, l’ancien candidat n°25 a choisi de rapporter ses « malheurs » à la Communauté internationale. Le but, bien évidemment, est d’amener cette dernière à intercéder en sa faveur auprès du pouvoir en place.
Lors de cette rencontre avec la presse nationale, l’ancien Chef de l’Etat a pris soin d’énumérer d’une manière exhaustive les représentants de la Communauté internationale qu’il aurait rencontrés ici comme ailleurs, comme s’il voulait les brandir en guise d’épouvantails. C’est ainsi que les représentants résidents du PNUD, ambassadeurs de l’Union européenne, de France et d’Allemagne et « hauts responsables » de l’UE ont été cités tour à tour au cours de cette sortie médiatique du patron de l’empire Tiko.
Si l’on s’en tient à ce qui a été déclaré par le fondateur du TIM, il a donc demandé à l’ancien ambassadeur de France et à celui d’Allemagne de lui arranger une rencontre avec l’actuel Président de la République. Toujours d’après Marc Ravalomanana, le premier lui a signifié que la réponse était négative, tandis que le second se serait étonné qu’il n’a pas encore été reçu par Andry Rajoelina alors que celui-ci avait prévu de le faire juste après les législatives. Une manière de faire comprendre au locataire d’Iavoloha, par presse interposée, qu’il a été dénoncé « à qui de droit ».


 « Chef de parti  d’opposition »
 Mais la révélation de l’ex-exilé d’Afrique du Sud qui ferait sourire plus d’un est sans doute celle selon laquelle de « hauts responsables » de l’Union européenne et de « pays puissants » auraient décidé qu’il serait  le « Chef de parti d’opposition » (sic) à Madagascar ! On se demande bien évidemment de la portée d’une telle « intronisation » quel que soit le cadre dans lequel elle intervient. Et bien entendu, l’homme n’a pas manqué non plus de moucharder auprès de ses interlocuteurs de Bruxelles que, malgré sa demande d’audience, il n’a pas encore été reçu jusque-là par Andry Rajoelina. Histoire de faire peser sur ce dernier une pression internationale. Au-delà de cette attitude puérile, frisant le retour d’âge, force est de reconnaître que Marc Ravalomanana se trompe de combat. Il semble encore s’attacher en effet à convaincre du bien-fondé de l’officialisation de l’opposition dans le pays. Or, tel qu’il se présente actuellement, le problème n’est plus à ce stade. L’existence de la loi n°2011 – 013 du 9 septembre 2011, si imparfaite soit-elle, prouve que le principe d’une opposition officielle est déjà acquis à Madagascar. Il reste à en clarifier les imprécisions, certes pas des moindres, dont la nature de cette opposition (parlementaire ou non, ou les deux à la fois) ainsi que le mode de désignation de son chef.
En réalité, on doute fort que le fondateur du TIM ne soit pas conscient de cette réalité. Ses pérégrinations européennes, soi-disant pour prôner l’utilité d’une opposition dans une démocratie, ne sont que des prétextes pour cafarder auprès de la Communauté internationale sur la « maltraitance » dont il s’estime être victime de la part de son tombeur de 2009 et 2019.
 Hery Mampionona

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff