Publié dans Politique

Andry Rajoelina aux magistrats - « Haro sur le corporatisme malsain ! »

Publié le jeudi, 08 août 2019

Crever l’abcès. Tel fut le mot d’ordre lors du face à face entre les magistrats membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) et le Président de la République, Andry Rajoelina hier. Une réflexion et un échange sur les moyens d’améliorer le monde de la Justice furent à l’ordre du jour au cours de cette rencontre qui arrive au surlendemain de la prestation de serment du nouveau directeur général du BIANCO. « Une Justice équitable constitue un dernier rempart dans la lutte contre la corruption », a déclaré, d’emblée, le Chef de l’Etat qui n’est pas allé par le dos de la cuillère pour souligner les nombreux fléaux qui minent le milieu de la Justice.  Sur cette lancée, il a fait part des nombreuses doléances des citoyens à propos du milieu de la Justice. Le Président a, par exemple, soulevé la lenteur du traitement des dossiers. Ce qui explique le nombre important de détenus sous mandat de dépôt en attente de leur jugement. « Dans un Etat de droit, la population ne devrait en aucun cas avoir peur de la Justice. Même ceux qui sont dans le vrai craignent les décisions de justice »,  argumente encore le Président. Une crainte qui explique la recrudescence d’un autre phénomène négatif : la vindicte populaire.


Sanction ou promotion
C’est donc dans le souci de redorer l’image de la Justice que le numéro un de l’Exécutif a tenu à s’entretenir avec les magistrats. Selon lui, la Justice doit être forte, immaculée, juste, indépendante et fiable pour la population. La Justice joue aussi un rôle important dans la paix et la sécurité. Cela implique une grande responsabilité des magistrats. Dans cette optique, le  Président a annoncé plusieurs mesures drastiques comme l’application d’une sélection rigoureuse des magistrats qui vont être nommés à la tête d’éminentes  structures juridictionnelles. « Il faut instaurer une culture de l’excellence. Je suis confiant qu’il y a beaucoup de magistrats méritants », déclare encore Andry Rajoelina. Le Chef de l’Etat encourage ainsi les juges qui exercent et prennent des décisions en toute équité. En revanche, il a fait preuve de fermeté concernant les magistrats, une minorité selon lui, qui commettent une injustice. Le Chef de l’Etat crie ainsi haro au corporatisme malsain. Il estime que les magistrats sont également au-dessous de la loi. « Les juges qui font de la corruption seront sanctionnés voire révoqués », a – t – il annoncé. La question d’éthique et de déontologie des magistrats a également été évoquée. Alors que les « mauvais » magistrats subiront des sévères sanctions, ceux méritants se verront obtenir des promotions d’après toujours les recommandations du Président de la République. Sur un tout autre sujet, la délocalisation des prisons par la construction de nouvelles maisons de détention fut aussi au cœur des discussions. Autant de perspectives qui devraient changer l’image de la Justice aux yeux des citoyens.
 Sandra R.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff