Publié dans Politique

Visite apostolique à Madagascar - Le Pape François venu pour tous les Malagasy

Publié le vendredi, 06 septembre 2019

« Bienvenida Papa Francesco ! » Tant attendu depuis plusieurs mois, le Pape François est enfin à Madagascar, après un détour au Mozambique. La Grande île sera alors le 46ème pays qu'il visite depuis qu'il a été élevé au rang de Saint-Père en 2013. 30 ans après la venue du Saint Pape Jean Paul II, les chrétiens attendent beaucoup de cette visite exceptionnelle.

 

15h50. L'avion, de la compagnie Linhas Areas de Moçambique, transportant le Pape François et sa délégation frôle déjà le sol malagasy. Une arrivée très en avance pour le plus grand plaisir de tout le peuple malagasy. Accompagné par le Nonce apostolique de Madagascar, Mgr Paolo Rocco Gualtierri, le Souverain Pontife sort de l'avion au rythme des cris de joie des enfants venus expressément sur place en cette visite exceptionnelle à Madagascar. Et le couple présidentiel est venu l'accueillir au bas des marche de l’avion, accompagné de deux jeunes enfants qui lui ont offert un bouquet de fleurs. Côte à côte, les deux Chefs d'Etat longent ensuite le tapis rouge pour entonner l'hymne national de la Cité du Vatican, suivi de celui de Madagascar.

Une fois les deux hymnes chantés, le Pape François serra la main de toutes les autorités présentes comme le Premier ministre, Ntsay Christian, le président de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, ainsi que quelques membres du Gouvernement. Le Président Andry Rajoelina, accompagné de son épouse, a fait de même avec la délégation papale. Après une minute d'entretien avec le Président de la République, le Pape François monte enfin dans la papamobile Karenjy, pour aller à la rencontre du peuple malagasy. A la sortie, une foule agitant le drapeau du Vatican attendait devant le portail, ainsi que tout au long des 13 kilomètres de Tsarasaotra. Les chrétiens étaient remplis de gratitude et d'allégresse pour le Saint-Père, et n'ont pas hésité à le lui montrer. Et le Pape le leur rendait bien avec le sourire.

Dans la paix…

Aucun débordement, aucun accident, aucun incident et aucun embouteillage persistant ! L'accueil du Pape François s'est fait dans la paix. Tous les chrétiens venus l'accueillir ont effectivement respecté toutes les consignes mises en place par les Forces de l'ordre pour l'occasion. En majorité, ils ne se sont pas déplacés sur Tsarasaotra. Ils ont tous attendu à la sortie de cette voie rapide et à Ivandry, plus particulièrement devant la Nonciature où le Souverain Pontife logera pour ses prochains jours dans la Capitale. « J'arrive tout juste d'arriver d'Anjeva, mais je tenais à venir ici pour accueillir le Pape François. Ce n'est pas tous les jours qu'il se déplace comme cela, alors je tiens à profiter de chaque minute de son séjour », s'enthousiasme une jeune scout. En tout cas, les 30 minutes imposées par la sécurité du Vatican, pour faire Ivato-Tsarasaotra ont bien été respectées.  

…et l'espoir

Après ce premier contact, le Pape François enchaînera les rencontres ce jour pour semer l'espoir auprès de tout le peuple malagasy. Il l'a bien annoncé dans sa lettre à destination du peuple malagasy, avant son arrivée dans le pays. Tout le monde attend et espère beaucoup de cette visite et ce, sur tous les plans, mais toujours avec une attention particulière pour le côté spirituel. « Pour nous, le Pape François est le représentant du Christ sur terre. C'est pourquoi cette visite est d'autant plus importante. Espérons qu'après son passage, nous aurons un nouveau souffle. Et que la paix règne dans notre pays », soutient Mgr Ludovic Rabenantoandro. En tout cas, tout le monde attend avec impatience la grand-messe de dimanche, au domaine diocésain de Soamandrakizay, fin prêt pour accueillir tout le monde, afin d'entendre le message du Pape à tout le peuple. Ce message devrait apporter une nouvelle inspiration dans le quotidien de tout un chacun. Pour aujourd'hui, le Saint-Père rencontrera les autorités locales, la société civile, mais aussi le corps diplomatique et les leaders religieux. Il clôturera sa journée avec une veillée avec les jeunes chrétiens.  

Rova Randria

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff