Publié dans Politique

Transparency International - La Santé publique minée par la corruption

Publié le vendredi, 27 septembre 2019

Une réalité triste et douloureuse ! Tel est le constat qui ressort de l’étude menée par Transparency International – Initiative Madagascar (TI-IM) dans le cadre du projet « Tsaboy ny gasy », financé par l’Union Européenne pour mesurer le coût et les impacts de la corruption dans le domaine de la santé à Madagascar. Selon les résultats de cette étude présentés hier au Louvre Antaninarenina, près de 65% des Malagasy auraient été victimes de la corruption dans le domaine de la santé.

 

Surfacturation de médicaments, imposition de prestataires payants ou plus onéreux aux usagers, surenchérissement de l’accès et de la qualité des soins, erreurs et négligences médicales, constituent les principales manifestations de la corruption dans ce secteur. A cela s’ajoute la contrainte qui pèse sur les usagers pour qu’ils fassent appel à leurs réseaux de connaissances pour accéder aux soins.  84% des individus interrogés par l’équipe de Transparency International confirment l’existence de la corruption et 37% reconnaissent avoir pratiqué une forme de corruption. Le nombre de victimes serait plus important à Antananarivo (73%) et à Antsiranana (67%). 63% de la population de l’étude reconnaissent la nécessité de porter plainte devant un cas de corruption.

Des hôpitaux transformés en « mouroirs »

Ces nombreux constats révèlent une réalité vécue par de nombreux malagasy qui côtoient les hôpitaux publics au quotidien. Rares sont les patients qui peuvent faire le témoignage de services satisfaisants après un passage dans ces hôpitaux. Pire, ces établissements de santé suscitent même l’appréhension des usagers qui craignent d’y trouver la mort au lieu de soins adéquats en cas de maladie grave. Au lieu de donner l’espoir d’une guérison aux malades, les hôpitaux sont désormais considérés comme des mouroirs surtout pour les plus démunis qui n’ont pas les moyens de s’offrir les services des centres de santé privés.

Face à cette situation, TI-IM demande aux dirigeants et responsables de la santé à tous les échelons « d’assurer la bonne gouvernance du secteur à travers des réformes légales, structurelles et disciplinaires ». Outre les sanctions légales contre les auteurs de corruption,  cet organisme international suggère aussi l’application des sanctions administratives pour les infractions individuelles. Le Gouvernement est aussi appelé à mener des audits et des évaluations de performances des établissements de santé à tous les niveaux et encourager la dénonciation des faits de corruption dans tous les domaines. L’Etat est aussi appelé à augmenter le budget alloué aux dépenses de santé.

Sandra R.

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff