Publié dans Politique

Marc Ravalomanana et les élections - Comme si le temps s’était arrêté en 2001

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

C’est sous le même look que lors de  la présidentielle de décembre 2001 (chemise cravate, veste négligemment jetée sur l’épaule et sourire de pub pour dentifrice) et accompagné du même hymne (celui chanté par la chanteuse Bodo) que Marc Ravalomanana apparaît lors de ses sorties pour le soutien de son candidat à la Mairie d’Antananarivo,… Si ce n’étaient les outrages de l’âge déjà bien visibles sur son physique, on croirait voir le maire de la Capitale d’il y a 18 ans qui était parti à l’assaut de la magistrature suprême du pays.
A cette époque, les ingrédients suscités se sont avérés payants et c’est sans doute l’une des raisons pour laquelle, lors des élections ultérieures qui se sont succédé et auxquelles le TIM a pris part, ils continuent à être exhumés des placards. A tort, visiblement, puisque depuis la chute de son fondateur en 2009, ce parti n’a cessé d’essuyer déboires sur déboires en matière électorale.

Marc Ravalomanana, conseillé dit-on par des spécialistes en communication américains, avait adopté ce look en 2001, lorsqu’il s’est présenté à la présidentielle face à Didier Ratsiraka et l’a gardé en 2006,  quand il était candidat à sa propre succession. Depuis, à chaque rendez-vous électoral,  l’homme ne trouve rien de mieux que de repasser systématiquement le même visuel, ainsi que de remettre au goût du jour l’hymne interprété par la chanteuse  Bodo.Est-ce par pur fétichisme que Marc Ravalomanana tient absolument à garder les mêmes recettes de ses victoires passées ou serait-il à court de moyens, au point de ne plus pouvoir donner un coup de neuf à ses campagnes électorales? Nul ne le sait. Toujours est-il que, pour les élections municipales de 2019 notamment pour ce qui concerne la Capitale, sortir du réchauffé n’est pas le meilleur moyen d’attirer les voix de l’électorat jeune, toujours à l’affut de nouveautés et friand d’innovation, celui-là même sur lequel le candidat-maire du TIM compte pourtant pour faire la différence.
Hery Mampionona

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff