Publié dans Politique

Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population

Publié le dimanche, 10 novembre 2019

Régulièrement privés d’électricité et d’eau depuis quelques jours, les usagers évoquent leur exaspération face à la situation. Ces derniers jours, une colère froide gronde auprès des usagers de la compagnie nationale malagasy de distribution d’eau et d’électricité. La raison : les coupures répétées de l’approvisionnement en électricité et les problèmes de fourniture en eau potable. Le week-end dernier, plus de cinq coupures d’électricité par jour ont été enregistrées dans de nombreux quartiers voire la quasi- intégralité des quartiers de la Capitale. Ces délestages, petites coupures d’électricité ou coupures d’électricité, la conséquence est la même, perturbent fortement les activités quotidiennes des usagers. Par ailleurs, ces coupures de courant répétées détériorent le matériel électrique.

Un fléau malheureusement devenu le quotidien de la plupart des ménages ces derniers temps. Mais il n’y a pas que ces coupures d’électricité. Les coupures d’eau aussi longues que fréquentes font également monter les tensions dans plusieurs quartiers. Beaucoup doivent impérativement se réveiller à 4 heures du matin pour faire des réserves d'eau. Une eau qui coule d'ailleurs en filet et est souvent de couleur orangeâtre. Malgré les réservoirs d'eau, il n'y a pas de pression donc les réservoirs n'ont pas le temps de se remplir. Les consommateurs n'ont plus accès à l'eau durant le reste de la journée et doivent attendre le milieu de la nuit voire le lendemain matin pour pouvoir s'approvisionner à nouveau. Devant les bornes fontaines, les files de bidons jaunes s’allongent à n’en plus finir. Plus que de l’exaspération, beaucoup affirment être au plus haut degré de leur colère contre la JIRAMA.

« Trop c’est trop », « Ce n’est plus une vie » s’indignent les usagers. Le quotidien est devenu un parcours du combattant, entre les coupures d'électricité dans la plupart des quartiers et les difficultés à s'approvisionner en eau potable. « C’est un crime contre l’humanité », crient certains consommateurs. La JIRAMA joue de plus en plus sur les nerfs des habitants. Sauf arrêt de ces coupures de courant et rétablissement de la fourniture en eau, cette dernière affirme être capable de se révolter.

« Nous n’en pouvons plus », se désolent nombre d’usagers.  Le problème des délestages date de près de cinq ans. Il reste irrésolu jusqu’ici. A ce fléau se sont rajoutées, ces derniers temps, les coupures d’eau. Le droit des clients à bénéficier de services adéquats de la JIRAMA est bafoué. Pire que les coupures d’électricité et les problèmes d’approvisionnement en eau, ce sont les explications fournies par la JIRAMA, toujours les mêmes, qui causent la colère des usagers. Face à cette souffrance, bon nombre d’abonnés préviennent contre une explosion. Beaucoup pensent désormais à ne plus payer les factures.

La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff