Publié dans Politique

Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !

Publié le mercredi, 13 novembre 2019

« La réhabilitation du stade de Mahamasina n’est pas la priorité de la Commune urbaine d’Antananarivo ». Telle est la réponse de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) de Lalao Ravalomanana  à l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina de donner un sérieux lifting à ce plus grand stade de l’océan Indien. Une intention lancée lors de l’accueil des Barea devant le stade de Mahamasina à leur retour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. Cette fin de non-recevoir émise par la CUA est pourtant aujourd’hui désavouée par les faits rapportés par les inspecteurs de la Confédération Africaine de Football (CAF) et le constat de certains membres du staff technique des Barea et de simples observateurs. A l’unanimité, ils admettent que la réhabilitation ou même la rénovation du stade de Mahamasina s’avère nécessaire.
Après mort d’Homme survenue à la rencontre Madagascar-Sénégal ayant causé l’interdiction au stade de Mahamasina d’accueillir des matchs internationaux officiels, des inspecteurs de la CAF étaient venus dans la Capitale, en début de semaine, pour constater l’amélioration faite en matière de sécurité. Et ce dans le cadre de la fin de la suspension du stade et de l’accueil de ce samedi du match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021.

Leur rapport est édifiant quant au non-respect des normes de sécurité du stade de Mahamasina. Nombre de portails d’entrée et évidemment de sortie insuffisants, non marquage des places, vétusté des infrastructures notamment les escaliers des gradins, absence totale de toilettes et bien d’autres. Les recommandations de la CAF pour faire de Mahamasina un stade « manarapenitra » sont nombreuses, mais dans l’immédiat elle n’a exigé à la Fédération nationale (FMF) que le strict minimum. D’où l’empressement de cette dernière à exécuter les exigences de la CAF afin de sauver le match de ce samedi et pour éviter une nouvelle sanction du stade de Mahamasina. Mais tôt ou tard, Madagascar devra se mettre au diapason des règles de la CAF et également de la FIFA. A part ces faits rapportés par la CAF, le constat des observateurs  concerne plutôt la qualité de la pelouse de Mahamasina. Beaucoup d’encre et de salive ont coulé sur ce point, mais la CUA fait la sourde oreille. Au temps d’Ahmad, de Doda Andriamiasasoa, la FMF a fait le maximum pour rendre la pelouse digne d’un stade. Mais à défaut d’entretien de la CUA et à l’utilisation « abusive », l’état du gazon naturel du stade  laisse à désirer. A preuve, Raoul Arizaka Rabekoto, le nouveau patron de la FMF et son équipe ont dû refaire quelques travaux pour que les Barea, dont la majorité sont des expatriés, puissent jouer dans un minimum de confort. Face à ces recommandations de la CAF et le constat des observateurs, l’initiative du Président de la République Andry Rajoelina arrive à point nommé. Il est temps maintenant d’agrandir ce « grand » stade, de le mettre aux normes internationales et lui doter d’une pelouse digne de son statut. ….
La Rédaction

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff