Publié dans Politique

Environnement et corruption - Les évêques s’alarment

Publié le vendredi, 15 novembre 2019

Dans le message qu’elle a adressé, hier, à la Nation, à l’issue de son Assemblée plénière, la Conférence des évêques de Madagascar s’est alarmée de la situation de l’environnement à Madagascar et de la détérioration du niveau et des conditions de vie des malagasy. « Des changements s’imposent »,  indiquent les évêques dans leur missive. « Madagascar a été béni », soutiennent de prime abord les prélats catholiques, citant notamment en exemple une nature luxuriante, les richesses minières et marines ou encore le climat. « Les relations avec la nature sont délaissées.

Les feux de brousse ne s’arrêtent jamais. Le pillage des richesses naturelles du et dans le sous-sol est patent. Il ne s’agit plus d’appropriation mais d’accaparement. Cela se répercute sur le climat qui change profondément. L’eau se tarit », déplorent-ils toutefois, continuant leur état des lieux en matière d’environnement. « La destruction de notre environnement abasourdit les étrangers. La faune et la flore disparaissent de plus en plus à cause de l’exploitation et l’exportation illicite vers l’étranger.  Tout le monde doit accepter que notre environnement est en train de péricliter », rajoutent-ils.

« Les Malagasy ont leur spécificité », soutiennent ensuite les évêques, soulignant notamment le caractère joyeux, ouvert des malagasy, ou encore le « Fihavanana ». Félicitant les Malagasy pour l’alternance démocratique à la tête du pays, les dignitaires catholiques constatent toutefois que les Malagasy aspirent toujours à vivre « dans un pays » heureux.  « Les habitations sont précaires. Les familles s’entassent dans les « trano bongo » dans le milieu rural. L’alimentation et l’eau potable sont insuffisants dans de nombreux endroits. Les personnes âgées ne bénéficient pas de soins nécessaires. Les pensions de retraite ne sont pas versées régulièrement. Les démunis s’appauvrissent »,  remarquent les évêques. Outre l’égoïsme et le non-respect des horaires de travail par certains fonctionnaires, ces derniers soulèvent la persistance de la corruption notamment dans le secteur de la justice, du service des domaines, des douanes et des centres de santé. « Si cela continue, le « fanahy maha-olona » disparaîtra. Ces destructions mèneront inéluctablement vers la mort et non la paix escomptée », affirment les évêques.

Malgré ces constats, les évêques refusent de verser dans le fatalisme. « Un changement drastique s’impose. La nature a besoin d’être protégée comme la prunelle de nos yeux. Surtout le peu qu’il nous reste, pour amener un développement humain. Cela ne doit pas être que des effets d’annonce. Il faut que cela soit suivi d’actions concrètes », soulignent-ils pour solutionner les problèmes environnementaux. Le reboisement massif mais surtout la coordination des efforts sont avancés comme solutions.  Le slogan de toujours « Ceux qui font des feux de brousse, brûlent la patrie » doit évoluer en « ceux qui font des feux de brousse, tuent les générations futures, tandis que ceux qui reboisent donnent la vie », indiquent les évêques. « Chaque personne doit bénéficier de son droit de vivre dans un environnement digne », martèlent les évêques. L’éducation et le travail au niveau des familles doivent être priorisés. Il faut regarder de près le système éducatif et le programme d’enseignement pour atteindre les objectifs, indiquent-ils. Les diplômés doivent être dispersés à travers toute l’île et non être concentrés dans la Capitale. Les objectifs communs ne seront atteignables que grâce à la solidarité de tous. Une solidarité aperçue notamment lors des victoires de l’équipe nationale de football malagasy (Barea) en Egypte et lors de la visite du Pape.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff