Publié dans Politique

Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité

Publié le vendredi, 15 novembre 2019

Pour une valorisation de la monnaie nationale. Suite à sa nomination en Conseil des ministres le 6 novembre dernier, le nouveau gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BCM) Henri Rabarijohn a prêté serment, hier, à la Cour Suprême Anosy. « Je jure de remplir mes fonctions avec honneur et probité dans le strict respect des lois et des statuts de la Banque centrale, de ne rien utiliser ou révéler de ce qui sera porté à ma connaissance et cela même après cessation de mes fonctions », affirme-t-il, en levant sa main droite, durant cette cérémonie présidée par Andry Nirina Rajoelina. Selon l’article 52 du statut de la BFM, son mandat est de quatre ans renouvelable une fois.

 

A la fin de la cérémonie, le Président de la République a partagé ses attentes vis-à-vis du nouveau gouverneur. «Notre priorité réside dans l’accumulation de l’or à la Banque centrale pour stabiliser notre monnaie. D’ailleurs, Madagascar est riche en ressources minières », lance-t-il devant la Presse. En effet, les réserves d’or ressemblent à une épargne d’un pays et sont utilisées dans le commerce extérieur. En cas de déficit commercial, c'est-à-dire l’importation est largement supérieure à l’exportation, l’Etat doit trouver un moyen de combler son déficit. Et cela peut se faire en puisant dans les réserves d’or. Cette consolidation passe par la formalisation du secteur, souligne Henri Rabarijohn. Dans l’exercice de ses fonctions, il assure la stabilisation de la monnaie nationale que ce soit en termes de taux de change ou en termes d’inflation.

En parallèle à cela, le nouveau gouverneur persiste et signe que les anciens billets portant les signatures de l’ancien gouverneur restent valables contrairement aux rumeurs qui courent dans certaines régions.  

Solange Heriniaina

 

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff