Publié dans Politique

Faniry Alban Rakotoarisoa - L’agression en guise d’arguments

Publié le mardi, 19 novembre 2019

Les deux débats organisés dans le cadre de la campagne électorale pour les élections communales à Antananarivo Renivohitra étaient l’occasion pour les prétendants à la Mairie de faire connaître leurs programmes pour se faire élire. Ce n’était toutefois pas le cas de tous les aspirants maires. Le candidat Rakotoarisoa a passé le clair de son temps à lancer des piques à l’endroit des candidats Naina Andriantsitohaina et Ny Rina Randriamasinoro. Des attaques qui vont souvent au-delà des aspects relatifs à la gestion de la Capitale. Au cours du premier débat organisé par les employés de la Commune, le candidat Rakotoarisoa s’est longuement attardé sur la fortune du candidat Naina Andriantsitohaina. Lors du second débat, ce fut au tour du candidat Ny Rina Randriamasinoro d’en prendre pour son grade en raison de ses liens familiaux avec le couple Ravalomanana. A trop vouloir critiquer, ce Mpikabary en a oublié l’essentiel : présenter son programme. Pire, il a donné aux spectateurs l’image d’un candidat sérieux juste présent pour amuser la galerie. Bien que ses interventions soient appréciées par un certain nombre de personnes, pour beaucoup, il a juste fait valoir ses talents oratoires.
Le candidat veut surfer sur la défiance des Tananariviens envers la classe politique. Antoko politika madio, le nom du parti et l’un de ses slogans de campagne, laisse d’ailleurs sous-entendre sa volonté de se casser avec les pratiques politiques du pays. Mais la manière d’atteindre ces objectifs reste pour beaucoup à revoir.

Un certain nombre de personnes estiment que le candidat n’arrive pas à se décider s’il est comédien ou candidat. Faut-il en effet rappeler que cet homme est devenu célèbre pour son rôle dans la sitcom « Izy M’tsam », une pâle copie de « Un gars une fille » et pour ses chansons à base de « kabary » dont certaines ont créé la polémique à l’image de son clip Atosika Tsara. Un clip retiré par l’auteur en raison des nombreuses accusations de perversion voire d’incitation à la pédophilie en raison notamment de la présence d’enfants dansant de façon très suggestive. 
Les Tananariviens aiment bien tout ce qui est nouveau. Faniry Alban Rakotoarisoa aurait pu en faire son cœur de campagne. Il aurait pu jouer à fond son rôle d’outsider. En mettant principalement en avant sa vision pour le développement de la Capitale.  Toutefois, les idées et le programme de ce candidat restent pour l’heure toujours flous. Il semble pourtant évident que le candidat a un programme. La candidature de Faniry Alban Rakotoarisoa à la course pour la Mairie de la Capitale n’est d’ailleurs pas une décision prise sur un coup de tête. Le comédien avait annoncé plus d’un an avant les communales son intention de briguer la Mairie de la  Capitale. En ne faisant qu’agresser ses adversaires, il se décrédibilise. Sa candidature n’est pas prise au sérieux. Il est difficile de voir en lui la carrure d’un homme à même de diriger Antananarivo.  Faniry Alban Rakotoarisoa a choisi de ne pas s’aider des médias. Mais ses deux apparitions dans les médias ne jouent pas en sa faveur, loin s’en faut.
 La Rédaction

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff