Publié dans Politique

Dirigeants de Communes - Le mari et l’épouse, élus maires !

Publié le lundi, 20 janvier 2020

Fait rarissime. Le mari et l’épouse élus maires dans deux Communes rurales différentes, c’est le pari relevé par le couple Rakotoarimanana, lors des dernières élections communales et municipales. Point commun, ils sont tous élus sous la bannière de la plateforme de l’IRK, de la mouvance présidentielle.

Le mari, en l’occurrence Rakotoarimanana Henintsoa, plus connu sous le sobriquet de Tôta dans le milieu du ballon rond malagasy, en étant le président de la ligue d’Analamanga, a réussi à damer les pions du TIM dans la Commune rurale d’Andoharanofotsy (District Atsimondrano). Cette Commune a été en effet depuis de années le bastion du parti de Marc Ravalomanana, mais à l’instar des autres localités telles qu’Antsirabe, Ambatondrazaka, Antanifotsy, s’est basculée dans le camp adverse. Malgré les maintes descentes de Marc Ravalomanana pour faire la propagande en faveur de son candidat, qui n’est autre que le maire sortant mais embarbouillé dans une affaire de détournement de denier public, Tôta a remporté haut la main la victoire finale. Lui qui promet d’apporter aux habitants  le plaisir de vivre dans la Commune d’Andoharanofotsy ainsi que de réaliser les projets énumérés durant la propagande. Avant de devenir maire de cette localité, Rakotoarimanana Henintsoa était celui de la Commune rurale d’Ajoma- Betoho située dans le District de Manjakandriana. Bien qu’il l’ait quitté, elle est entre de bonnes mains  étant donné que c’est l’épouse de l’ancien maire qui lui a succédé à la tête de la Mairie.

«  C’est pour achever certains projets commencer par l’ancien maire (ndlr : son mari) et continuer les autres n’ayant pas été entamés qui m’ont poussée à se porter candidate à Ajoma- Betoho », explique Razakaharimanga Rosanah, épouse  de Rakotoarimanana Henintsoa. N’empêche, elle a également ses propres projets qu’elle a présentés aux électeurs lors de la campagne électorale entre autres, le volet social pour une population à majorité agriculteurs, la réhabilitation des routes ainsi que la construction d’un lycée. Tout comme son mari à Andoharanofotsy, Rosanah n’a pas eu la peine du monde pour gagner la confiance des électeurs. Etre une mère de famille est déjà un atout pour elle mais la réussite du mari durant son mandat a été un atout non négligeable pour convaincre la population locale.

« Certes, nous nous sommes engagés dans ces Communes, mais cela n’affectera pas trop notre vie familiale, « répondent en chœur, le couple Henintsoa et Rosanah , respectivement Monsieur le maire d’Andoharanofotsy et Madame le maire de Betoho.
La Rédaction

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff