Publié dans Politique

Favoritisme et marchés fictifs - Une députée au pilori

Publié le vendredi, 28 février 2020

Une députée est accusée de favoritisme dans l'octroi de marchés publics dans le cadre de l'utilisation des fonds alloués au Comité local de développement, pour en retirer des intérêts personnels. En clair, de 2017 à 2019, les marchés en question auraient été attribués à une entreprise appartenant à cette élue dans un District de la partie Sud du pays. La procédure de passation de marché n'aurait pas été respectée. Les marchés auraient été attribués sans aucun appel d'offres et la publicité légale nécessaire à la passation du marché a été réduite. Le principe de libre concurrence ainsi que la liberté d'accès et d'égalité des candidats dans les marchés publics et les délégations de service public auraient été bafoués. Les décaissements des fonds pour ces entreprises auraient été signés par le député, en tant que président du Comité local de développement.

En sus du délit de favoritisme présumé, le député serait également impliqué dans le cadre d'affaires de marchés fictifs. La plupart sinon la totalité des marchés obtenus par son entreprise n'auraient en effet pas été réalisés. Les travaux d'entretien d'équipement des bureaux du District ou la dotation de matériels, pour les antennes locales des chaînes de télévision et de radio nationale pour laquelle un montant d'une valeur de 4 millions d'ariary, ont été inscrits au programme d'emploi de l'allocation gérée par le Comité local de développement. Toutefois, aucune de ces dépenses n'a été suivie d'actions concrètes. 

Le Comité local de développement est composé du ou des députés, du ou des sénateurs, des maires, du président des conseillers municipaux et des représentants des structures locales déconcentrées. Cette entité détermine l'usage d'un budget de 200 millions d'ariary, 300 millions d'ariary à l'heure actuelle, pour financer les projets facteurs de développement, selon l'aspiration des habitants de chaque district. Le CLD est présidé par le ou l'un des deux députés du District. Devant ces faits suspicieux de favoritisme et de marchés publics, des plaintes auraient été déposées au niveau du Bureau indépendant anti-corruption et celui du Pôle anti-corruption par des représentants de la population locale contre cette élue. Aucune suite n'aurait toutefois été donnée à cette affaire jusqu'ici. Des habitants de ce District interpellant face à cette situation. Existe-t-il toujours des catégories de personnes impunies dans le pays ? 

La Rédaction

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff