Publié dans Politique

Affaire CNAPS - Un ancien PM devant le Pôle anti – corruption

Publié le dimanche, 01 mars 2020

Nouveau rebondissement dans l’affaire de détournement au sein de la Caisse nationale de prévoyance sociale. Aux dernières nouvelles, l’enquête menée par le Bureau indépendant anti – corruption (BIANCO) a été bouclée, samedi dernier. Les investigations se sont penchées sur plusieurs faits de corruption perpétrés sur la période 2010 – 2018 et attribués aux dirigeants sortants de la CNAPS avec d’autres complices. Parmi les faits en question figurent les travaux d’une valeur de 122 milliards d’ariary pour la construction d’un centre de loisirs et du complexe sportif sis à Vontovorona. D’après les informations recueillies sur le dossier, le projet de construction avait prévu la mise en place d’un hôtel 5 étoiles doté d’un héliport qui n’a jamais vu le jour mais a pourtant fait l’objet d’un paiement sur le papier au profit de l’entreprise titulaire du marché.

Des sources au courant du dossier révèlent que la construction de ce bâtiment inachevé a conduit au paiement d'un avenant spécial d'une valeur totale de 15 914 975 885,97 ariary. Malgré les défaillances précitées, le paiement intégral de la somme en question a été fait.

Une partie de l’iceberg

Au terme des investigations sur cette affaire, sept personnes ont été déférées au Pôle anti-corruption samedi dernier pour motif de favoritisme, abus de fonction,  faux et usage de faux et de détournement de deniers publics. Parmi les suspects, des dirigeants de la CNAPS ainsi que des responsables de l'entreprise bénéficiaire des marchés attribués dans le cadre de ladite construction dont un ancien Premier ministre. A l’issue de l’audition, 4 suspects ont été placés sous mandat de dépôt tandis que trois autres mis sous contrôle judiciaire.

Après ce premier déferrement, l’enquête relative à des faits de malversations au sein de la CNAPS se poursuit. A priori, ce premier dossier n’est qu’une partie visible de l’iceberg puisqu’à l’allure des investigations en cours, d’autres affaires vont encore éclatées au grand jour.  D’autre part, l’avis de recherche contre le principal auteur cité dans cette affaire en la personne de l’ex – directeur général de la CNAPS, Raoul Arizaka Rabekoto – considéré comme en fuite depuis près d’une semaine – est toujours d’actualité.
Sandra R.

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff