Publié dans Société

Coronavirus à Madagascar - Les familles des prisonniers s’inquiètent

Publié le mardi, 31 mars 2020


En ces temps où la pandémie de coronavirus n’épargne pas notre pays, les proches des détenus, aussi bien ceux d’Antanimora ou de Tsiafahy ou bien d’autres encore,  s’inquiètent vivement pour plusieurs raisons. Ils craignent que ces prisonniers soient trop vulnérables au COVID-19 si jamais il y aurait des contaminations de masse, promiscuité oblige. La raison à cela, c’est que la distance sanitaire d’un mètre imposée, ne sera jamais respectée, étant donné la situation de surpopulation carcérale qui caractérise le pays.
Deuxio, les familles s’interrogent sur la survie des prisonniers vu la restriction de la circulation observée actuellement. Puisqu’il n’existe pratiquement pas de transport en commun, encore moins de taxis-ville, elles n’auront donc jamais le moyen d’apporter, comme il se doit régulièrement de la nourriture à un proche en détention. Faute d’une livraison familiale, la crainte est  donc justifiée par  la médiocre qualité de nourriture proposée par l’administration pénitentiaire aux détenus, enfin  ses éventuels impacts négatifs sur leur santé, surtout si la situation perdure.
Tertio, la question médicale est aussi un des sujets de crainte à ne pas minimiser. Les détenus souffrant d’antécédents médicaux ou d’une quelconque maladie héréditaire, et lesquels ont besoin d’un traitement : les diabétiques, les asthmatiques, les allergies ou autres problèmes de tensions artérielles, notamment dans le cas d’hypertension, se verront dans l’angoisse d’être privés de leur traitement. Les proches s’interrogent si l’administration pénitentiaire serait au moins en mesure de répondre à ces besoins en médicaments des patients.
Quarto, les questions d’hygiène suscitent aussi de l’inquiétude. Comment les détenus pourront-ils se procurer de savon pour se laver, étant donné que tout contact avec l’extérieur a été pour le moment banni.  Les familles se demandent aussi qu’avec l’interdiction aux visiteurs de pénétrer dans le périmètre du centre de détention, les détenus éprouveront de la difficulté pour obtenir des vêtements de rechange. Mais sur ce point, l’organisation est déjà passée au peigne fin. Les gardes pénitentiaires sont chargés de ce genre de mission.  
Quinto, les proches des détenus s’inquiètent de la cohabitation des seconds avec des prisonniers d’origine étrangère, notamment ceux qui venaient d’être emprisonnés. Ces détenus étrangers sont soupçonnés d’être des porteurs sains du virus, bien qu’ils soient testés négatifs. C’est bien le cas de le dire à propos de ce ressortissant espagnol, qui a dû être récemment examiné à Anosiala Ambohidratrimo.
Enfin, ces prisonniers étrangers eux-mêmes sont inquiets du fait qu’avec les mesures de restriction actuelle, ils risquent de voir leur période de détention se prolonger encore. Inutile de parler de l’angoisse de leurs proches restés dans leurs pays d’origine.
Franck R.
 

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff