Publié dans Société

Centre hospitalier d’Anosiala - Les autres services de nouveau opérationnels

Publié le mardi, 15 septembre 2020

Fermeture progressive de la page de la pandémie. D’après le docteur Rado Razafimahatratra, directeur du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Anosiala Ambohidratrimo, il ne reste plus que 5 patients atteints du coronavirus soignés au sein de cet établissement. Par conséquent, ce dernier se concentre de nouveau sur la reprise des autres services, prenant donc en charge ceux qui sont atteints d’autres maladies. Ces services ont commencé à recevoir des malades à compter de la semaine dernière, tandis que le bloc opératoire a ouvert ses portes hier.

Toutefois, le CHU Anosiala s’apprête déjà à faire face à une éventuelle deuxième vague de la pandémie dans le pays. Quelques salles ont été libérées pour recevoir de nouveaux patients atteints du coronavirus. Ainsi, tous les visiteurs et patients sont sollicités à suivre toutes les consignes et les dispositifs sanitaires mis en place afin de lutter contre la propagation de la pandémie. Avant cela, le personnel a déjà procédé à une désinfection totale de l'établissement.

Après la découverte du premier cas de coronavirus dans le pays au mois de février dernier, le CHU d’Anosiala a été réquisitionné. Environ 500 individus considérés comme des cas suspects ou confirmés de Covid-19 ont suivi leur traitement dans cet établissement hospitalier. Cependant, en juillet dernier, face à l’accroissement du nombre de malades, seuls les sujets ayant développé des formes sévères ou critiques de la maladie y ont été admis.

Cet établissement hospitalier est composé de service ORL, gynécologie obstétricale, chirurgie, service de poly-médecine et d’imagerie comme la radiographie, le scanner et l’échographie. Outre le CHU d’Anosiala, l’ouverture de tous les services au sein du CHU « Manara-penitra » d’Andohatapenaka est prévue pour cette semaine. Ce dernier a déjà accueilli 400 personnes atteintes du coronavirus.

Anatra R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff