Publié dans Société

Pylône de haute tension à Anosizato-Est - Un fou s’approche dangereusement de la mort

Publié le mardi, 15 septembre 2020

Scène de panique générale vers 10h du matin à Anosizato-Est. Au mépris de la mort, un homme qui est loin d’être un « sans-abri », mais qui souffre plutôt de troubles mentaux, s’est hissé jusqu’au sommet d’un pylône de haute tension haut de plusieurs dizaines de mètres de la JIRAMA, près du grand carrefour de ce quartier. Du coup, l’alerte fut donnée ! Sitôt informée sur cette situation particulièrement dangereuse, et par souci pour la vie du  concerné, la société nationale de distribution d’électricité a décidé de couper  sur le champ le courant, non seulement dans tout le quartier, mais aussi dans plusieurs autres localités des environs  comme Ampitatafika, Itaosy, Ambohidrapeto mais aussi dans les secteurs des environs dont la route digue, Ambohibao ou encore Andraharo. Tous ces endroits bénéficient de l’électricité grâce à ce pylône.

 

La deuxième phase, qui était aussi palpitante voire angoissante que la première, fut l’opération menée par les sapeurs- pompiers de Tsaralalàna, afin de sauver l’imprudent, perché à plusieurs mètres au-dessus du vide. La manœuvre, qui a fait couper le souffle à des nombreux curieux, fut assez périlleuse, du moins pour l’équipe de pompiers dépêchée sur place. Deux d’entre eux se sont vus confier la tâche de monter jusqu’à la cime du pylône afin d’y récupérer le forcené, qui était loin d’être docile. Quatre autres étaient restés à la base de l’infrastructure. « La manœuvre a pris une trentaine de minutes du fait qu’il a fallu une préparation morale pour l’équipe, mais aussi celle du matériel dont la corde. Il fallait faire très attention afin que cette corde n’ait pas touché les fils ou autres éléments conducteurs de courant sur le pylône. Ce qui explique la délicatesse de la manœuvre », explique un officier commandant au sein des sapeurs- pompiers.  Comme il fallait s’y attendre, l’inconnu s’est opposé à ses sauveteurs et il a fallu pour ces derniers d’utiliser la force pour le maîtriser. « La victime a eu quelques blessures lors de cette lutte au corps à corps avec les pompiers », a ajouté notre interlocuteur.

Finalement, au bout de ces trente logues minutes qui paraissaient comme une éternité, les soldats du feu ont maîtrisé la situation et réussi à ramener la victime, saine et sauve, à terre. L’action des premiers fut saluée par la foule, qui a pu souffler un ouf de soulagement. Du coup, la victime fut transportée au Bureau municipal d’hygiène (BMH) pour un constat avant que la Police n’ait été saisie de l’affaire.

« L’enquête qu’elle mène a tenté de déterminer le motif de ce comportement ayant poussé le forcené à agir de cette sorte. La Police essaie de comprendre s’il y avait également un usage de stupéfiant ou non chez cet individu », a-t-il conclu.   

Les témoins à cette scène ont qualifié le geste du concerné à celui d’un forcené ! Bien qu’il soit resté en vie après cela, son imprudence et son manque de logique ont quand même privé d’électricité plusieurs localités de la ville, dont la plupart sont des quartiers industriels.

Franck R.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff