Publié dans Société

Incendies survenus dans les Communes - Des feux partout, des pompiers inexistants

Publié le mercredi, 23 septembre 2020

Les flammes font des ravages ! Ces derniers temps, bon nombre de Communes urbaines et rurales enregistrent de cas d’incendies destructeurs. Les dégâts matériels y sont considérables, malgré l’absence de perte en vie humaine. Celui survenu le 12 septembre dernier à Tsiroanomandidy, touchant un magasin grossiste à cause d’un court circuit, en fait partie. Même origine pour l’incendie au Collège Notre Dame de Lourdes à Manjakandriana, samedi dernier. Les feux ont été difficiles à maîtriser pour les résidents qui s’en sont chargés. En fait, ces Communes ne disposent pas de corps de sapeurs-pompiers, malgré le nombre conséquent d’habitants et d’infrastructures qu’elles abritent.

Les Communes d’Ambatondrazaka, de Moramanga, de Mahitsy, etc., font aussi face à cette situation. « La création d’un corps de sapeurs-pompiers ne figure pas encore parmi nos priorités. D’ailleurs, les travaux d’adduction en eau potable pour la Commune sont en cours, quoique l’installation de bouches d’incendie n’entre pas encore dans ce projet avec nos partenaires », avance Fitia Fenohery Rakotondrahiratra, maire de ladite Commune urbaine de 2e catégorie, dans la Région Analamanga.

Aucun fonds de catastrophe

Pas de budget spécifique. La prise en charge des victimes d’incendie se fait, dans la plupart des cas, en collaboration avec les partenaires, associations et personnes de bonne volonté. « La majorité des Communes refusent d’inscrire un fonds de catastrophe dans leur budget. Ce fonds facilitera pourtant la mise en œuvre de réponses rapides en cas d’incident. Les responsables communaux préfèrent solliciter le soutien de l’Etat, même si l’ampleur des dégâts semble limité », informe Paolo Emilio Solonavalona, directeur des études et de la gestion des risques auprès du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes). D’un autre côté, l’équipe locale de secours devrait être opérationnel pour assurer le système d’alerte précoce, y compris la communication montante et la remontée d’informations. Les membres de cette équipe, dirigée par le président du Fokontany, devraient également s’occuper des secours

d’urgence des victimes. Le BNGRC a déjà dispensé une série de formations y afférentes, outre la dotation d’équipements. Quoi qu’il en soit, les comités régionaux, ceux des District et ceux Communaux de GRC devraient mettre en œuvre leurs plans de contingence multirisques, y compris pour les incendies, dans leurs localités respectives. La conscientisation et la prévention des catastrophes font partie des activités proposées dans ces documents stratégiques.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff