Publié dans Société

Insécurité alimentaire dans le Sud - Les organismes internationaux en alerte

Publié le mardi, 29 septembre 2020

L’alarme lancée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) concernant l’intensification de la famine dans le Sud face au coronavirus s’est avérée. Pour cette raison, différents acteurs vont se mobiliser. « Le Fonds des Nations unies pour l’enfance, en collaboration avec l’ONG Action contre la faim (ACF) ainsi que le Programme alimentaire mondial (PAM) vont renforcer les interventions dans les zones concernées. Effectivement, la situation y est alarmante depuis le mois d’août. Une équipe mobile sera déployée à l’immédiat pour une intervention directe », nous a révélé une source auprès de ces organismes onusiens.  

Selon les informations recueillies auprès d’une autre source, le PAM va, à partir de ce jour, distribuer des aliments aux milliers d’habitants victimes de cette situation dans le Sud. Entre-temps, une équipe serait actuellement dépêchée sur place pour déterminer les causes des décès. Toutefois, aucun responsable auprès dudit programme n’a voulu apporter officiellement plus d’explication. 

Joint au téléphone hier, Mahagaga, le maire de la Commune d’Ifotaka, nous a bien indiqué qu’avec cette épidémie, aucune organisation humanitaire n’y a développé des projets pouvant remédier aux problèmes liés à l’insécurité alimentaire. Le PAM ou encore l’UNICEF constituent les entités présentes dans cette Commune en fournissant régulièrement des grains, légumineuses, huiles et céréales aux gens les plus nécessiteux.

Selon ce responsable de la Commune d’Ifotaka, située dans la partie sud-ouest de la Région d’Anosy, 8 décès ont été signalés dernièrement dans sa zone d’intervention. Là, ce sont 6 enfants et 2 adultes qui ont succombé à la faim. Toujours d’après les propos de cette autorité locale, cela fait deux ans et demi que la pluie se fait très rare. Par conséquent, la culture de maïs ne peut plus être pratiquée. Les habitants se nourrissent ainsi de cactus rouge ou d’igname. Pire encore, les malfaiteurs se sont emparés de leurs bétails, composés de bœufs et de chèvres. « Certes, le coronavirus a sévi dans tout Madagascar. Toutefois, dans notre localité, outre cette pandémie, l’insécurité et la famine font également des victimes. Pour cette raison, les habitants ne disposent plus d’activités génératrices de revenu », se désole-t-il. 

D’après les explications fournies par une femme originaire de l’Androy, les gens de cette Région vivent principalement de quelques plantations, de l’élevage et du sisal. Ils se nourrissent principalement de figues de barbarie que l’on y trouve en abondance, sans oublier le manioc et les patates douces, séchés ou pas selon les saisons. Et parfois, ils mangent du riz et aussi de la viande. Particulièrement, ceux qui travaillent pour satisfaire les commandes venant des usines utilisant le sisal rencontrent des problèmes liés à la sècheresse intense qui sévit dans cette Région. « En fait, les localités où le "Kere" fait le maximum de ravages se situent principalement dans l'Androy, sans pour autant contester le fait qu’une partie de l’Anosy est aussi mise en cause. Par ailleurs, le District d'Amboasary présente également un climat sec. Le fleuve Mandrare est actuellement asséché et les quelques filets d'eau restants doivent être partagés entre les humains et les bétails », a-t-elle témoigné. Et d’ajouter que dans le reste du pays, la sécurité sanitaire demeure également un réel problème, notamment au niveau des endroits reculés. Raison pour laquelle le taux de mortalité y est assez élevé chez les enfants et les femmes. 

K.R.

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff