Publié dans Société

Meurtre d’un motocycliste à Alasora - Quatre suspects à Tsiafahy

Publié le jeudi, 08 octobre 2020


Vendredi 2 octobre dernier, les limiers du commissariat d’Alasora ont arrêté quatre personnes pour une affaire de meurtre associée à une attaque à main armée survenue dans la localité d’Ambohibary-Alasora. Mercredi dernier, l’affaire a été déférée au Parquet, à la suite de quoi, les suspects ont été finalement placés en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy, en attendant leur prochaine comparution devant le Tribunal, mais aucune date n’a été encore avancée.
 Mais revenons aux faits. Vers 20h30, le 2 octobre dernier, une patrouille de police du poste d’Ampahibato a intercepté deux inconnus sur son chemin. Ces derniers étaient en train de pousser une moto. Lors d’un contrôle et d’une fouille sur le deux-roues, les agents des Forces de l’ordre ont constaté que le véhicule est souillé de sang.  Du coup, ils ont embarqué les deux suspects au commissariat d’Alasora pour les soumettre à un interrogatoire.
Au fil de ce dernier, les enquêteurs apprennent que cette moto est loin d’appartenir aux deux larrons. Et le fait qu’elle est barbouillée de sang a prouvé que son propriétaire est blessé. Sur la foi de cet indice, la Police a démarré une enquête ainsi que les recherches. A commencer par le secteur où les suspects avaient été arrêtés. Les recherches ont porté leurs fruits car elles ont conduit la Police sur les traces du corps sans vie du propriétaire de l’engin. Caché au fond d’un buisson, le cadavre comporte plusieurs traces de coups de couteau. En fouillant toujours dans le périmètre, les policiers ont fini par trouver un couteau à la lame effilée ainsi qu’un gourdin, ces objets ayant servi à assassiner le malheureux.
Le chef fokontany et le médecin légiste ont été informés et la Police les a enjoints de venir sur place pour constater. La poursuite des investigations de la Police a permis de savoir que la victime habite le quartier. En voulant regagner son foyer à une heure assez tardive, le motocycliste a fait ces mauvaises rencontres. Ses deux agresseurs l’ont éliminé simplement.
Depuis, les deux suspects ont été soumis à un interrogatoire, disons plus poussé. Ils ont reconnu les faits et ont finalement indiqué la piste de deux autres complices. A leur tour, ces derniers furent arrêtés la journée du samedi 3 octobre et celle du dimanche 4 octobre derniers. A bien éplucher le dossier, il s’avérait que les quatre larrons ne sont pas tellement étrangers des services de la Police, du fait de leurs sales habitudes pour perpétrer des attaques à main armée.
Franck Roland
 

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi
Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff