Publié dans Société

Lutte contre la malnutrition dans la Région Atsinanana - La plateforme HINA main dans la main avec les ONG locales

Publié le vendredi, 23 octobre 2020

Pour assurer un avenir radieux aux enfants malagasy. La plateforme de la société civile HINA (Harmonisation des initiatives en nutrition) lutte contre les causes sous-jacentes et toutes les conséquences de la sous-nutrition à Madagascar. Dans cette vision, cette plateforme mène une grande sensibilisation à l’endroit de l’Etat afin que ce dernier augmente le budget consacré à la lutte contre la malnutrition dans toutes les hiérarchies des collectivités décentralisées. Pour mener à bien son combat, HINA collabore avec les ONG comme c’est le cas dans la Région Atsinanana, en leur dispensant des formations. A l’instar de l’ONG Fédération des associations femme et développement (FAFED), comptant 25 associations actives dans la protection mère-enfant, éducation et santé qui riment avec hygiène et assainissement. Effectivement, FAFED est l’une des fondatrices du point focal HINA dans la Région Atsinanana.

 

Vu la recrudescence des familles monoparentales dans cette région, l’ONG intervient pour donner des formations en AGR (Activité génératrice de revenu). Elle dote ainsi les familles en matériels nécessaires et intrants afin d’améliorer leur alimentation. FAFED organise également l’encadrement sur l’éducation nutritionnelle dans la transformation des matières premières en produit nutritionnel. Elle fait aussi des sensibilisations sur le changement de comportement pour que les mères de familles soient créatives tout en menant une vie simple et respectant le bien-être de leurs enfants. Dans la Région Atsinanana, pour ce qui est de la production agricole, le manque de formation et de sensibilisation handicape la partie Est de Madagascar dans la lutte contre la malnutrition. C’est là que l’ONG FAFED intervient, à travers les formations, pour la transformation alimentaire et ce pour avoir une denrée suffisante durant la période des cyclones. Avec la plateforme HINA, l’ONG interpelle aussi les autorités locales pour intégrer dans leur budget primitif la lutte contre la malnutrition des enfants moins de 5ans.

« L’ONG FAFED travaille avec les Agents communautaires au niveau communal et à celui des Fokontany. De plus, elle aide les paysans dans la construction des barrages traditionnels. Durant le confinement, grâce aux sensibilisations pour arriver à des changements de comportement, la production agricole a connu une hausse dans le Fokontany Marofarihy, Commune rurale de Foulpointe. Pour cause, les gens ses sont confinés dans les champs de culture tout en prenant soin de leur riziculture », explique Christine Zafitsara, point focal HINA dans la Région Atsinanana et non moins coordonnateur de projet au sein de l’ONG FAFED.

Hormis l’ONG FAFED, la plateforme de la société civile collabore aussi avec l’ONG SAF FJKM. Une organisation qui travaille avec des écoles pour des programmes d’éducation nutritionnelle des parents d’élèves et des particuliers dans la formation des plantations de pépinière et des jardins portagers déplaçables et de l’élevage de vers pour avoir des engrais naturels.

Elias Fanomezantsoa

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff