Publié dans Société

Victimes d’enlèvement et de persécution - Les enfants albinos en danger !

Publié le mardi, 27 octobre 2020

Un phénomène alarmant dans la Région Atsimo Andrefana. Les familles ayant des enfants albinos se sentent en danger permanent. Les cas d’enlèvement et de persécution de ces enfants persistent ces dernières années. Par conséquent, ces victimes s’isolent ou sont cachées par leurs familles et d’autres évitent de sortir par peur d’être persécutées ou enlevées. Les communautés restent en alerte, malgré les interventions des Forces de l’ordre. Selon les informations émanant du groupement de la Gendarmerie d’Atsimo Andrefana, 3 cas d’enlèvement ont été enregistrés cette année 2020, quoi que les victimes ont pu s’en sortir saines et sauves. « Les kidnappeurs n’ont pas demandé de rançon aux parents des enfants enlevés. Ils les ont séquestrés pendant des jours, le temps de chercher des acheteurs potentiels.

Mais au final, ils ont relaxé les victimes au cours de leur poursuite. Des arrestations ont également eu lieu depuis », informe le lieutenant-colonel Elien Rajaonson, commandant dudit groupement de la Gendarmerie. En fait, les auteurs d’enlèvement croient que les enfants albinos sont valeureux en tant que superhumains, alors que ce n’est pas le cas, d’après ce commandant. Ils restent des enfants normaux, malgré leurs pigmentations spéciales. En Afrique, ce phénomène est lié à des crimes rituels puisque certains considèrent les albinos comme des êtres immortels ou dotés de pouvoir surhumain. Les guérisseurs s’en servent pour en faire des pommades ou des amulettes censées apporter du bonheur et une réussite matérielle.

Pour la mise en place de centre ou d’ONG

Des enfants à risques ? Les cas des albinos dans la Région Atsimo Andrefana attirent l’attention des acteurs œuvrant dans la protection des droits de l’homme et ceux des enfants. Outre la poursuite des kidnappeurs, les éléments de la Gendarmerie locale enchaînent les mesures de sensibilisation des parents et des autorités sur la nécessité de renforcer la protection de ces enfants. « Lors de leurs tournées dans les Communes et Districts, nos éléments effectuent le recensement des enfants albinos afin d’avoir le maximum d’informations pour mieux les protéger. Nous avons recensé 60 enfants albinos auprès des 7 Districts jusqu’en septembre dernier », informe le commandant du groupement de la Gendarmerie de cette Région. Ce responsable encourage la mobilisation des comités de vigilance villageoise pour renforcer les contrôles et maîtriser la sécurité. D’un autre côté, cet officier de la Gendarmerie propose la mise en place d’un centre d’accueil spécialisé, où ces enfants albinos pourraient être éduqués et protégés comme il se doit. « Assurer leur protection sera facilité une fois qu’ils sont regroupés dans un même endroit. De plus, cela allègera les préjugés à leur égard », ajoute notre source. Frère Dieu Donné, de l’association « Transfiguration du Christ », partage cet avis. « Une association ou ONG, dont les activités se focalisent sur la protection des albinos, devrait être créée. Cela permettra de mieux lutter contre les violences qu’ils endurent », suggère ce responsable. 

Pour sa part, le directeur de l’enfance et de la famille auprès du ministère de la Population en la personne d’Auguste Rasolofonjatovo encourage le signalement dès qu’un cas d’injustice se manifeste envers ces enfants. « Jusqu’ici, aucun signalement n’a été enregistré à ce sujet. Les membres du Réseau de protection de l’enfance (RPE) n’interviennent qu’après les dénonciations publiées dans les médias ou les réseaux sociaux. Ils pourront pourtant intervenir à temps si les signalements se fassent en avance, et non en attendant les cas graves », informe ce directeur. Quoi qu’il en soit, les membres du RPE Atsimo Andrefana restent sur leur garde quant à ce phénomène au détriment des enfants albinos.

Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la matière grise !
    Madagasikara se trouve à la croisée des chemins pour le recrutement de certains postes-clés et hautement stratégiques. D’emblée, une cynique mais légitime question intervient : « le pays dispose-t-il suffisamment de matière grise pour satisfaire ses besoins ? ». La Compagnie nationale malagasy de transport aérien « Air Madagascar » recrute son directeur général (DG). Elle est à la recherche depuis une semaine d’un oiseau rare. Depuis le départ volontaire du DG Besoa Razafimaharo en décembre 2019, Air Mad n’a plus de DG titulaire. La Direction générale a été assurée par une intérimaire, en la personne de Hanitra Rasetarinera, et ce depuis le 15 janvier 2020. Elle n’est autre que le directeur général adjoint, chargé de la finance. Evidemment, la mission que le Conseil d’administration entend confier à l’oiseau rare (le DG) consiste à relever la Compagnie. En effet, le divorce forcé avec la Compagnie réunionnaise Air Austral portait un…

A bout portant

AutoDiff