Publié dans Société

Relance du développement à Arivonimamo - Les habitants exhortés à payer leurs impôts

Publié le mardi, 27 octobre 2020

Pour Manoa Vincent de Paul Randrianarisoa, l’actuel maire d’Arivonimamo, le développement est à l’ordre du jour, sinon incontournable. Car dans son projet, l’édile de cette Commune rurale de l’Itasy envisage la création d’une ville nouvelle. L’objectif est de profiter d’une ville capable de nourrir convenablement sa population, donc en autarcie économique totale. Mais il vise également d’attirer les visiteurs ou autres touristes étrangers à venir dans sa Commune. Raison de plus donc pour ce responsable d’interpeller les habitants afin qu’ils paient leurs impôts sur les biens immobiliers dont les habitations. « Nous avons fait exprès de ne pas faire pression sur les gens pour le faire, le pays venant à peine de sortir du confinement pour cause d’état d’urgence sanitaire lié à la pandémie de Covid-19 », confie le maire sur ce point. 

Ce dernier sensibilise et rassure à la fois l’opinion sur le fait que celle-ci bénéficiera à 100 % des retombées de ces impôts. Car si les 50 % vont dans les caisses de la Commune, l’autre moitié sera consacrée aux infrastructures. Dans la même foulée, il se tourne à l’endroit de l’Etat sur la nécessité de réhabiliter les infrastructures vétustes locales. Effectivement, il n’a pas caché le fait que la Commune n’aura pas la possibilité d’assumer seule cette tâche, étant donné que les besoins en capitaux se chiffrent à plusieurs millions d’ariary. Cela justifie donc à ses yeux l’importance de ce partenariat avec le pouvoir central, notamment dans le domaine de la restauration de la ville d’Arivonimamo. 

Des actions de reboisement au programme

Dans la liste des efforts de la Commune, figure également le reboisement. Le maire d’Arivonimamo lance donc un appel à tous les investisseurs locaux à participer au processus de reboisement. Dans la liste de ces derniers, l’on trouve localement des décortiqueurs de paddy, ceux œuvrant dans le domaine des bois et de la construction, enfin ceux opérant dans la filière de l’agroalimentaire. Comme la Commune d’Arivonimamo, le département régional du ministère de l’Environnement encourage les investisseurs de cette Région à se consacrer davantage au reboisement. 

A cet effet, on vise de planter quelque 20 000 acacias, et que ce sont ces investisseurs qui assureront le matériel et les dépenses nécessaires à leur reboisement. De leur côté, la Commune et les services ministériels vont se charger du cadre technique. En gros, le pari de transformer l’ancienne Commune « rouge » du fait des feux de brousse ou de forêt, en Commune verte, s’inscrit dans les visées de l’actuel maire d’Arivonimamo. Cela est rendu possible grâce à l’expédition de 500 000 jeunes plants à travers les 23 Communes au sein du District d’Arivonimamo. Enfin, le chef de District adjoint Zafinini Odette, le maire d’Arivonimamo ainsi que son staff ont assisté à cette campagne de reboisement.

Franck R.

Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff