Publié dans Société

Famine et insécurité dans le Sud - Des milliers de victimes en détresse à Tsivory

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

Des survivants ? Plus de 5 000 personnes en provenance des villages et Communes avoisinantes se sont déplacées dans la ville de Tsivory, située à 160km au nord d’Amboasary Sud, pour y trouver refuge depuis le début de cette semaine. « Désemparés, ces gens y sont venus en masse pour chercher de l’aide, notamment de la nourriture pour survivre. En fait, cela fait maintenant près de 2 ans que la pluie a cessé de tomber dans notre localité, ce qui favorise le « Kere ». De plus, la majorité de ces victimes gagnent leur vie avec l’agriculture et l’élevage.

L’absence de pluies bloque leurs activités et les paralyse physiquement et mentalement », rapporte le Père Mbola Fanomezantsoa René, du District de l’ECAR Tsivory. D’un autre côté, cette situation de famine intensifie l’insécurité dans les villages et Communes voisins d’Amboasary Sud, dont Elonty, Mahaly, Marotsiraka, etc. « Après les volailles et les bétails, les cambrioleurs volent les meubles et autres biens de la population déjà en détresse alimentaire. Même les ustensiles de cuisine jusqu’aux cuillères et assiettes n’en sont pas épargnés, selon le constat des comités d’Eglise mobilisés dans les villages pour mener des petites enquêtes », ajoute notre source locale.

Un orphelin succombe

Parmi les victimes dans un état alarmant. L’association des religieuses « Fille de la Charité » ayant un centre à Tsivory a accueilli cette semaine 3 orphelins qui ont enduré les mois de « Kere » dans leurs villages. Malgré les premiers soins et la prise en charge, l’un de cette fratrie a succombé à cause de son état de santé très critique. Les 2 autres ont toutefois survécu à leur calvaire, notamment grâce aux soins et compléments nutritionnels fournis par l’Office régional de la nutrition, selon les informations recueillies. Ce centre des sœurs ne peut, notons-le, accueillir et donner à manger qu’aux personnes dans un état grave. Pourtant, les milliers de réfugiés y quémandent quotidiennement de la nourriture, au point de s’installer dans la cour dudit établissement et de l’Eglise locale. « D’habitude, une cinquantaine de personnes mendient chaque jour chez les sœurs. Elles ne s’attendaient et n’ont pas les moyens de satisfaire des milliers de personnes, malgré leur situation », s’exprime le Père Fanomezantsoa.

Les autorités locales, notamment le gouverneur de la Région Anosy et le chef District d’Amboasary Sud, se sont récemment déplacées à Tsivory pour constater de visu la situation des réfugiés. Ils en étaient au courant lors d’une visite de chantier. Jusqu’à hier, aucune action concrète n’a été entreprise, même pour les secours d’urgence. Affaire à suivre !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff