Publié dans Société

Famine et insécurité dans le Sud - Des milliers de victimes en détresse à Tsivory

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

Des survivants ? Plus de 5 000 personnes en provenance des villages et Communes avoisinantes se sont déplacées dans la ville de Tsivory, située à 160km au nord d’Amboasary Sud, pour y trouver refuge depuis le début de cette semaine. « Désemparés, ces gens y sont venus en masse pour chercher de l’aide, notamment de la nourriture pour survivre. En fait, cela fait maintenant près de 2 ans que la pluie a cessé de tomber dans notre localité, ce qui favorise le « Kere ». De plus, la majorité de ces victimes gagnent leur vie avec l’agriculture et l’élevage.

L’absence de pluies bloque leurs activités et les paralyse physiquement et mentalement », rapporte le Père Mbola Fanomezantsoa René, du District de l’ECAR Tsivory. D’un autre côté, cette situation de famine intensifie l’insécurité dans les villages et Communes voisins d’Amboasary Sud, dont Elonty, Mahaly, Marotsiraka, etc. « Après les volailles et les bétails, les cambrioleurs volent les meubles et autres biens de la population déjà en détresse alimentaire. Même les ustensiles de cuisine jusqu’aux cuillères et assiettes n’en sont pas épargnés, selon le constat des comités d’Eglise mobilisés dans les villages pour mener des petites enquêtes », ajoute notre source locale.

Un orphelin succombe

Parmi les victimes dans un état alarmant. L’association des religieuses « Fille de la Charité » ayant un centre à Tsivory a accueilli cette semaine 3 orphelins qui ont enduré les mois de « Kere » dans leurs villages. Malgré les premiers soins et la prise en charge, l’un de cette fratrie a succombé à cause de son état de santé très critique. Les 2 autres ont toutefois survécu à leur calvaire, notamment grâce aux soins et compléments nutritionnels fournis par l’Office régional de la nutrition, selon les informations recueillies. Ce centre des sœurs ne peut, notons-le, accueillir et donner à manger qu’aux personnes dans un état grave. Pourtant, les milliers de réfugiés y quémandent quotidiennement de la nourriture, au point de s’installer dans la cour dudit établissement et de l’Eglise locale. « D’habitude, une cinquantaine de personnes mendient chaque jour chez les sœurs. Elles ne s’attendaient et n’ont pas les moyens de satisfaire des milliers de personnes, malgré leur situation », s’exprime le Père Fanomezantsoa.

Les autorités locales, notamment le gouverneur de la Région Anosy et le chef District d’Amboasary Sud, se sont récemment déplacées à Tsivory pour constater de visu la situation des réfugiés. Ils en étaient au courant lors d’une visite de chantier. Jusqu’à hier, aucune action concrète n’a été entreprise, même pour les secours d’urgence. Affaire à suivre !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff