Publié dans Société

Trafic d’héroïne vers l’île Maurice - Un gendarme et ses acolytes condamnés à 12 ans de prison ferme

Publié le mardi, 17 novembre 2020

Ils sont quatre à comparaître devant la Cour criminelle du Pôle anti-corruption (PAC), pour exportation de 2,6 kg d’héroïne, soit une valeur marchande estimée à 4,229 milliards d’ariary vers l’île Maurice. Le verdict tombe : les quatre accusés dont trois agents de manutention au sein d’une entreprise prestataire de services auprès de l’aéroport d’Ivato ainsi qu’un gendarme de première classe, ont été condamnés chacun à 12 ans de prison ferme et une lourde amende. En effet, la douane malagasy qui s’est constituée en partie civile dans cette affaire, a demandé le double du prix initial de l’héroïne, montant auquel devait s’ajouter une amende liée à la confiscation des marchandises, puisqu’il y avait une saisie effective.

L’affaire remonte vers début janvier 2020 lorsque les douaniers mauriciens ont mis la main sur l’héroïne dans la soute de l’avion du vol TK61 en provenance d’Antananarivo. L’enquête menée ultérieurement par la douane malagasy, après une demande de la partie mauricienne de l’ouvrir, a permis de surprendre le gendarme d’Ivato répondant au nom d’Idirisa Ahamady en plein forfait. Les images vidéo fournies par une caméra de surveillance le montraient en train de placer le colis suspect dans la soute de l’avion.

Depuis leurs box, tous les accusés ont beau se renvoyer la balle. Mais les preuves sont accablantes pour les retenir, entre autres la requisition des conversations téléphoniques entre deux accusés. Durant les débats, le circuit du trafic où les quatre larrons ont été payés à 1 million d’ariary par personne, a été très explicite. Ainsi, c’est l’accusé du nom de Mamy Thierry Rakotonindrainy qui s’est chargé de prendre livraison de la marchandise auprès d’une femme. Pour la parenthèse, jamais les accusés n’ont voulu montrer cette piste, réduisant ainsi à néant toute tentative des enquêteurs pour remonter la filière. Par la suite, Thierry a confié la tâche à son collègue du nom de Bevita Antonio, afin que celui-ci récupère le colis qu’il a caché dans un bac à fleurs, situé dans une salle d’attente de l’aéroport d’Ivato. « Thierry m’a dit de placer l’objet dans un cartable et de le cacher au vestiaire. Je n’avais aucune idée de ce que contenait le colis », explique Antonio, un autre accusé, au juge. Enfin, c’est Ahamady, le gendarme, qui s’est chargé de le mettre clandestinement dans la soute de l’avion.

C’était dans des pleurs que les membres des familles des accusés, en particulier leur épouse respective et leurs enfants ont accueilli la sentence, hier.

Franck R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff