Publié dans Société

Evacuation sanitaire, maladies fictives - Des centaines de personnes arnaquées

Publié le lundi, 23 novembre 2020

Elle a réussi à berner tout le monde, même les autorités. Elle a d’abord avancé la maladie de sa fille âgée de 2 ans à l’époque, laquelle aurait souffert de graves problèmes cardiaques entraînant son inconscience répétitive à chaque émotion. Une fois l’évacuation sanitaire effectuée en 2019, avec diverses interventions auprès du Consulat de France à Madagascar, elle a de nouveau fait part de sa maladie d’insuffisance rénale chronique sur les réseaux sociaux, en sollicitant de l’aide notamment financière. Elle a réussi son coup puisque plus de 500 personnes l’a soutenue financièrement et matériellement depuis. Il a fallu que les responsables d’association qui l’ont soutenu fassent des recoupements pour constater qu’elle était derrière une escroquerie de haut niveau. « Sa fille n’était pas malade, contrairement à ce que tout le monde a cru, y compris nous. En fait, cette dame a utilisé des dossiers médicaux falsifiés pour nous duper. Après l’évacuation sanitaire de la petite, elle a été examinée dans deux différents centres hospitaliers en France, lesquels ont certifié que son cœur est normal et qu’elle n’a pas besoin d’une intervention chirurgicale », nous confie une source proche du dossier.
Placée sous mandat de dépôt
De retour au pays, en juillet 2019, après 3 mois de séjour en France, la maman de la petite a continué à inventer des problèmes et maladies pour soutirer de l’argent aux donateurs, notamment via Facebook. D’ailleurs, elle a reçu plusieurs aides versées directement par les généreux donateurs à son compte et ce depuis la soi-disant maladie cardiaque de sa fille jusqu’à son insuffisance rénale chronique nécessitant des dialyses, une autre maladie fictive. Ses manœuvres frauduleuses n’ont été découvertes qu’il y a quelques semaines, avec la poursuite de ses publications et d’autres sur des comptes « fake » sur Facebook. Les internautes ont fait le rapprochement avec les photos publiées ainsi que les contenus. Certains ont même dénoncé une escroquerie de haut niveau. Pour leur part, les associations qui l’ont aidée révisaient les dossiers, en contactant le médecin signataire des documents médicaux de la fillette, avant de constater des falsifications. Elles ont finalement porté plainte contre l’escroc, lequel a reconnu les faits. Après son rédéferrement au Parquet hier, la suspecte est placée sous mandat de dépôt à Antanimora, en attendant l’enquête au fonds prévue en début décembre. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina


Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff