Publié dans Société

Fêtes de Noël et de fin d'année - Hausse considérable du prix des décorations…

Publié le mercredi, 02 décembre 2020

2000 ariary. Tel est le prix minimum d'une simple décoration de Noël vendue en centre-ville. Les détaillants ont augmenté de 25 à 100% le prix de ces accessoires. « Une guirlande d'un mètre vendue auparavant à 1500 ariary s'acquiert désormais à 2500 ariary. Quant au paquet de boules de 6 pièces, couleurs confondues, il se vend actuellement à 3000 ariary, contre 2000 ariary l'année dernière. En général, le prix des décorations de Noël varie entre 2000 et 200 000 ariary. Quant au sapin, le prix varie entre 12 000 et 240 000 ariary, selon la taille et la qualité.

« La plupart des articles écoulés au marché en ce moment sont des restes de l'année dernière. Pourtant, leur prix a nettement augmenté puisque les nouveaux arrivages tardent à arriver. L'on craint qu'ils soient bloqués, avec la crise sanitaire liée à la Covid-19 et ses impacts, d'où la révision à la hausse du prix des décorations existantes », nous confie un grossiste à Behoririka, voulant garder l'anonymat. L'augmentation du prix commence ainsi chez les fournisseurs, avant d'être suivie par les détaillants. « Les décorations de Noël se vendent à un prix élevé d'année en année mais cette fois-ci, la hausse est considérable. Cela pourrait expliquer la rareté des clients, du moins ces derniers jours », avance Jimmy, revendeur à Analakely.

Une des priorités

Décorer sa maison, y compris le sapin, constitue l'une des priorités des chrétiens dès le début du mois de décembre. Acheter des décorations adéquates est ainsi une nécessité. « Je ne m'attendais pas à ce que le prix des articles grimpent cette année, malgré la crise sanitaire. Heureusement que nous avons conservé le sapin de l'année dernière, si non notre budget destiné aux accessoires n'aurait pas suffi », s'exprime Natia R., téléopératrice résident à Soavimasoandro. Accompagnée de ses 2 filles, cette mère de famille s'est déplacée à Analakely hier pour s'acquérir des décorations dont les guirlandes, boules, bouquets, couronnes et fil lumineux. Elles ont dépensé la totalité de leur budget, soit 60 000 ariary. Ces personnes font partie des clients qui se sont acquis des articles dès la première semaine de décembre.

« Les clients se font rares en ce début, mais viennent en masse à partir de la mi-décembre, surtout les week-ends. Pour notre cas, une vingtaine de personnes demandent le prix des articles en une journée, contre une dizaine qui fait des achats. Nous ne perdons pas espoir pour les jours à venir », rapporte Jocelyne, détaillante ayant un étal sur les trottoirs de Tsaralalàna. Quoi qu'il en soit, le marché timide et morose depuis la dernière semaine de novembre s'améliorera dans les prochains jours...

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff