Publié dans Société

Alimentation en eau dans le Sud - Quatre mois de salaires du personnel impayés !

Publié le vendredi, 11 décembre 2020

La sonnette d’alarme tirée. Le personnel de l’Alimentation en eau dans le Sud (AES), un établissement qui a pour mission de charger  l’approvisionnement en eau potable dans le Sud de Madagascar, est mal au point. Comme tout autre habitant de cette partie du Sud, ils sont aussi victimes du « kere ». Autrement dit, ils n’ont plus d’argent pour s’approvisionner en nourriture. Cela fait quatre mois que tout le personnel de l’AES dans l’Androy n’a pas perçu ses rémunérations. « Nous sommes censés se trouver en première ligne sur le front dans la lutte contre la famine. Mais que pourrions-nous faire si nous-mêmes sont également victimes du "kere" ? Nous avons beaucoup de mal subvenir à nos besoins quotidiens à cause des salaires impayés depuis quatre mois », dénonce notre interlocuteur qui préfère rester sous l’anonymat.
Sur ce, ils font appel au responsable étatique, notamment au Président Andry Rajoelina, au Premier ministre et au ministre de l’Eau pour se pencher sur leur sort. Lors de son dernier passage dans le Sud, le personnel de l’AES a rencontré la ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’hygiène,  Voahary Rakotovelomanantsoa. Lors de cette rencontre, des représentants du personnel ont exposé leur situation mais jusqu’ici, aucune solution n’est en vue. Ils ne savent plus à quel saint se vouer en cette veille des fêtes. En fin septembre dernier, ces représentants du personnel ont déjà négocié une signature de deux mois de salaire (Juillet et Août) et ils l’ont encore relancée fin octobre dernier. Malheureusement, aucune lueur d’espoir n’est en vue jusqu’à présent.
Rappelons que le Général Hajatiana Rasolomanana a été nommé directeur général par intérim (DG pi) de cette entité depuis le 19 octobre 2019. Lui qui a remplacé l’ordonnateur, signataire des salaires du personnel par le DAF (directeur administratif et financier) au mois d’août dernier. Depuis, les salaires impayés du personnel de l’AES s’accumulent. « Cela fait un an et 3 mois que rien ne va plus à l’AES », a conclu notre interlocuteur.
Elias Fanomezantsoa


Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff