Publié dans Société

Bibliothèque nationale Anosy - La chasse aux trésors déclarée ouverte !

Publié le lundi, 28 décembre 2020

« Nous avons lancé le défi de donner à la Bibliothèque nationale de Madagascar la vraie place qu’elle doit occuper. C’est celle d’un endroit connu de tous pour puiser du savoir, échanger des connaissances, déployer des pensées, se divertir, s’émouvoir entre les lignes, un endroit de son nom de Bibliothèque nationale ». Un petit résumé du discours de Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture en marge de la cérémonie d’inauguration de nouvelles espaces à la Bibliothèque nationale Anosy, pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes, le 17 décembre dernier.  

Dans le cadre de la promotion de la chaîne du livre comprenant « auteurs », « éditeurs » et « libraires », la Bibliothèque nationale dispose de 60 000 ouvrages issus du fonds national, ainsi que 7 000 documents iconographiques et d’autres documents sonores qui ont été conservés depuis des années. Elle s’est ainsi lancée dans la valorisation des ouvrages à Madagascar. Une grande rénovation comprenant l’aménagement de 4 salles renferme sa grande réalisation. Il s’agit de la lecture publique, la bibliothèque numérique, la salle Jaomanoro et l’espace « Pays ». En attendant une éventuelle nouvelle organisation, l’accessibilité à cette bibliothèque reste gratuite. L’année prochaine, Njaka Raonison, son directeur général ainsi que toute son équipe projèteront de distribuer des cartes destinées aux membres.

Un espace de lecture publique avec 100 places libres

4 000 livres, de nouvelles acquisitions dont 1 500 nouveaux ouvrages malagasy-  renferment l’espace « lecture publique » destiné à toute tranche d’âge. Particulièrement, une zone dédiée aux loisirs et aux jeux y a été disposée.  A cela s’ajoute l’espace « jeunesse » où des bandes dessinés, des albums photos resteront disponibles. Quant aux adultes, ils peuvent se distraire à travers les romans et les livres de documentaires.

Un espace à l’ère du numérique

La Bibliothèque numérique représente la grande réalisation du ministère de la Communication et de la Culture avec Orange Madagascar et l’Ambassade de France à Madagascar.

Ces deux partenaires de la Bibliothèque nationale ont mis à disposition du public une bibliothèque virtuelle qui intègre des milliers d’ouvrages et des supports électroniques sur l’Histoire de Madagascar et d’autres sujets aussi intéressants. L’ambassade de France à Madagascar a principalement offert 300 abonnements à la Culturethèque disposant de 230 000 documents en ligne dont des magazines, auto-formations, livres « jeunesse » y sont intégrés.

Avec 10 postes d’ordinateurs, postes d’écoute et tablettes donnant accès à des albums numériques avec 600 photos intégrées évoquant des thèmes portant sur l’Histoire, des paysages,  portraits et autres, les visiteurs auront également droit à un large choix proposé par les bibliothèques étrangères. Des journaux officiels y sont aussi exposés.

La porte de la salle « Davis Jaomanoro » ouverte

La salle portant le nom du grand nouvelliste, dramaturge et poète malagasy Davis Jaomanoro,  comprenant 10 postes d’ordinateurs, est originale pour la Bibliothèque nationale. Des documents publiés par des bibliothèques partenaires y sont disponibles.  Dans cette zone est également installée l’espace « Pays » où l’accessibilité à des informations sur un pays quelconque y demeure possible. Cet espace met en valeur, à travers des livres offerts par une dizaine de pays partenaires, les études et les recherches. Et en bonus, la salle est connectée au réseau Orange Madagascar.

Disponibilité de la salle polyvalente « Dox »

La Bibliothèque nationale convie aussi les acteurs du livre à organiser notamment des événements. Ainsi, afin de renforcer sa collaboration avec les auteurs, les éditeurs ainsi que les libraires, des ventes-expositions, des ateliers ou encore des conférences peuvent y être organisés.  

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff