Publié dans Société

Lutte contre le travail des enfants dans les mines - Un fonds de 4,5 millions de dollars mis à disposition

Publié le dimanche, 21 février 2021

4,5 millions de dollars, soit environ 17 milliards d’ariary. Tel est le montant mis à disposition par le Département américain du travail (USDOL) avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), en collaboration avec l’UNICEF, l’ONG Terre des Hommes (TDH) et le ministère de l’Industrie, Commerce et Artisanat (MICA) afin de mettre fin au travail des enfants dans les mines de mica à Madagascar. Dans le cadre de cet accord de coopération, 1 575 ménages recevront des services de subsistance.

A cela s’ajoutent 3 380 enfants qui bénéficieront de services d’éducation et de formation professionnelle. « Ce projet vise à lutter contre le travail des enfants dans la chaîne d'approvisionnement du mica, en renforçant la résilience des ménages vulnérables dans les communautés productrices, les capacités du Gouvernement ainsi que l’engagement des autres parties prenantes impliquées dans l’approvisionnement en cette ressource minière », se joignent les collaborateurs. Ledit projet va cibler trois communautés productrices de mica dans la Région d’Anosy, au sud du pays, notamment Ranopiso, Tranomaro et Ambatoabo. Il impliquera les autorités nationales et locales ainsi que les communautés tout au long de 54 mois.

Particulièrement pour le PNUD, il va soutenir le renforcement du système de régulation du mica, notamment à travers la révision des cadres et des politiques. Le plaidoyer pour l’intégration de la gestion des ressources naturelles dans le Code minier sera aussi assuré par cet organisme des Nations unies. Il en est de même pour le renforcement des capacités des institutions nationales à adopter et à mettre en œuvre des activités minières responsables qui intègrent la conservation de la biodiversité et la gestion durable des ressources naturelles. En outre, la sensibilisation des entreprises pour qu’elles fassent preuve de diligence raisonnable dans l’extraction du mica sera effectuée avec toutes les parties prenantes du projet.

Quant au Fonds des Nations Unis pour l’enfance (UNICEF), il va fournir une expertise en matière de droits et de protection de l'enfance. Le renforcement des capacités des adolescents et de l’éducation positive des enfants, ainsi que la prévention de l’exploitation et des abus dans les communautés minières de mica représenteront un plus. L’UNICEF va également encourager les efforts de protection sociale, tout en renforçant les systèmes communautaires et gouvernementaux de protection de l’enfance.

L’ONG Terre des Hommes Pays-Bas (TDH), pour sa part, mènera des actions visant à faciliter l’accès à l’éducation des adultes vulnérables tout en s’efforçant de contribuer à accroître celle de la petite enfance (EPE) et des enfants plus âgés. La société civile sera mobilisée pour faire progresser les droits des enfants et surveiller la chaîne d’approvisionnement en mica. TDH dressera également la carte du cadre juridique actuel de la production de mica à Madagascar.

Recueillis par K.R.

 

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff