Publié dans Société

Activités de l’association Fitia dans le Sud - Six nouvelles écoles construites avec les partenaires

Publié le mercredi, 17 mars 2021

L’appel à mobilisation des partenaires, récemment lancé par la Première dame Mialy Rajoelina, a porté ses fruits. Dans le cadre du projet « Avotse », de multiples activités seront menées dans les Régions d’Androy et d’Anosy, notamment en faveur des enfants. Outre le renforcement de l’alimentation scolaire, la construction des écoles et la prise en charge sanitaire des élèves en font partie.

 

« L’éducation est le premier levier du développement car elle touche l’humanité ». La Première dame l’a évoqué hier au Novotel, Alarobia, lors de la signature de la convention de partenariat entre l’association Fitia, la Fondation VISEO, l’Organisation internationale du travail (OIT) et le ministère de l’Education nationale (MEN). Ce partenariat concerne la construction de 6 nouvelles écoles dans diverses localités d’Androy et d’Anosy. « La fondation VISEO va accompagner l’association Fitia dans le projet "Avotse" à travers la construction de 4 écoles à Ankibay, Ampengoke, Betsimeda et Tsiangoty. L’OIT va financer la construction de deux écoles à Ampary et Behodatse », informe Mialy Rajoelina, présidente fondatrice de ladite association. Pour sa part, le MEN va fournir tout le personnel éducatif dont les 6 nouveaux établissements auront besoin.

« La construction de 40 000 salles de classe est requise pour assurer la scolarisation de tous les enfants et pour une éducation de qualité. Les 6 nouvelles écoles à construire dans le Sud va y contribuer », s’exprime Marie Michelle Sahondrarimalala, ministre de tutelle. Par ailleurs, le numéro Un du MEN avance que « bon nombre d’enfants vivent avec un handicap, dont la cécité, à cause de la malnutrition. Les cantines scolaires pourraient y remédier. L’alimentation scolaire constitue également une prévention de l’abandon de classe, en plus du fait qu’elle favorise l’assiduité et la concentration des élèves en classe ».

Pour sa part, le Directeur pays de l’OIT pour Madagascar en la personne de Coffi Agossou annonce divers partenariats avec l’association Fitia, à part la construction des deux écoles sus-citée. La migration de travail, la lutte contre les violences et le harcèlement au travail ou encore l’appui aux femmes, etc., en font partie. « L’OIT est un partenaire en renforcement de capacité des associations de femmes en leurs activités génératrices de revenus ainsi qu’un appui pour la lutte contre les violences basées sur le genre en matière de harcèlement au travail », confirme la Première dame. Quant Moustafa Hiridjee, président de la Fondation VISEO, il a souligné qu’ « il faut être nombreux pour pouvoir aller loin ». Il a également fait part de l’importance de l’engagement et l’investissement des jeunes. Notons que ladite Fondation a entrepris de nombreuses constructions et réfections d’écoles depuis deux ans.

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff