Publié dans Société

Confinement total les week-ends - Des mariages civils avancés, d’autres annulés

Publié le mercredi, 21 avril 2021

Une nouvelle organisation s’impose. La décision étatique de passer au confinement total les week-ends dans la Région Analamanga, du moins pour les 12 prochains jours, a perturbé l’organisation tant des couples que celle des Communes et Arrondissements accueillant les mariages civils. A l’exemple du premier Arrondissement de la ville d’Antananarivo, 16 couples ont prévu d’officialiser leur union pour le samedi 24 avril prochain.

« Avec le confinement total qui s’applique dès samedi prochain, nous avons contacté ces futurs mariés qui ont déjà complété leurs dossiers. Ainsi, 8 d’entre- eux ont décidé d’avancer leur union civile pour ce jeudi ou vendredi. Les 8 couples restants ont opté pour l’annulation de leur mariage civil. Ils préfèrent attendre le déconfinement pour choisir d’autres dates qui tombent un samedi », fait part Arinosy Jacques Razafimbelo, délégué au maire dudit arrondissement, dont le bureau se trouve à Soarano. Cette nouvelle organisation, engendrant l’avancement ou le report des dates, s’applique également pour les mariages civils prévus le 1er mai prochain, 2è samedi de confinement total.

D’autres Communes ont aussi adoptée cette organisation dont celle d’Andranonahoatra Itaosy. « Le seul mariage prévu pour samedi prochain sera célébré demain, avec les 2 autres déjà au programme. Nous avons proposé la date du vendredi 23 pour ce couple, mais ils ont préféré le faire jeudi. Les 2 autres mariages prévus pour le 1er mai auront le choix entre le jeudi 29 ou le vendredi 30 avril, sauf s’ils veulent annuler », précise Hajanirina Rasamison, maire de ladite Commune de l’Atsimondrano.

Pour leur part, les mariés semblent soucieux. « Nous avons prévu de nous marier à la Mairie en septembre de l’année dernière, mais les impacts de la Covid-19 nous en ont empêchés. Le 1er mai 2021 est notre date finale, et voilà qu’Analamanga passe au confinement total. Jusqu’ici, nous avons encore décidé de le reporter à une date ultérieure, en attendant que la situation sanitaire s’améliore », nous confie H.A., future mariée résidant aux 67Ha. Pour ce jeune couple, tous les préparatifs ont été suspendus, même si les tarifs pour quelques prestations comme celle du photographe ou du traiteur ont déjà été réglés en partie. Contrairement à eux, d’autres ont décidé d’avancer les dates, malgré tout, en privilégiant leur union et en annulant la célébration avec leurs familles…

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff