Publié dans Société

Tentative de vindicte populaire à Amboahangibe-Sambava - Les gendarmes font feu, deux jeunes succombent

Publié le dimanche, 25 avril 2021

Samedi dernier, les tentatives chez des membres du « fokonolona » excités d’Amboahangibe, District de Sambava, pour faire une vindicte populaire, à laquelle s’ajoute une tentative pour prendre d’assaut la caserne de la Gendarmerie locale, ont viré en une effusion de sang. En effet, les gendarmes mobilisés sur place pour rétablir l’ordre, ont dû ouvrir le feu sur les manifestants, touchant mortellement ainsi deux d’entre eux. D’après une source locale, les victimes sont encore très jeunes. Par ailleurs, un élément des Forces de l’ordre fut blessé en accueillant un débris de pierre lancé par les émeutiers.

 

Tout a démarré par l’assassinat le 21 avril dernier d’un médecin libre dans cette localité. Par la suite, l’enquête menée par la Gendarmerie a débouché sur l’arrestation de deux suspects. Mais les enquêteurs ne s’étaient pas contentés de ce premier résultat. En poussant davantage leurs investigations, un troisième suspect était appréhendé, le 24 avril dernier. Selon la Gendarmerie, tout cela ne s’est pas passé inaperçu par les habitants. A preuve, ils étaient venus en masse à la brigade de gendarmerie afin de réclamer la tête de ce troisième larron. « Les émeutiers ont voulu lui faire la peau, et n’ont pas voulu que le suspect soit jugé au Tribunal », explique davantage une source auprès de la Gendarmerie.

Face à la dangereuse tournure de la situation auprès de la Brigade, les gendarmes étaient donc obligés de procéder à des tirs de semonce dans le but de faire disperser les émeutiers. Mais les tirs n’ont pas fait reculer ces derniers, qui ont continué à charger la caserne à coups de pierres ou autres projectiles. C’était dans ces circonstances que les tirs des Forces de l’ordre ont mortellement touché les victimes.

Sur place, la tension était telle que la Gendarmerie n’est parvenu à calmer les esprits que tard au cours de la soirée. Entre-temps, les suspects qui avaient été gardés à vue sur place, ont dû être transférés à un autre endroit. Cette mesure était loin d’apaiser la colère des émeutiers. Le soir, ils ont incendié la moto appartenant au commandant adjoint local de gendarmerie. Parallèlement, des individus équipés de mégaphone ont circulé afin de pousser les habitants à faire une veillée.

La situation était tellement tendue que différents hauts responsables au sein du commandement de la gendarmerie ne purent s’empêcher de se déplacer sur place. Pour le moment, une enquête a été spécialement lancée pour déterminer les circonstances exactes ayant mené à ces tirs mortels qui ont coûté la vie à deux civils. Comme dans pareilles circonstances, des sanctions attendent quelques éléments de la Gendarmerie si jamais ils s’avéreraient fautifs.

F.R.

Fil infos

  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
  • Gifi Madagascar - Grande affluence des clients dès l’ouverture
  • Président Andry Rajoelina à Ivato - « Passons outre les divergences politiques pour arriver au développement »
  • Vatovavy et Fitovinany - La 23è Région prend forme
  • Prix des PPN - Festival de surenchères dans les marchés
  • Transport aérien - ADEMA reprend du poil de la bête
  • Covid-19 - Ruée vers le vaccin

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un signal fort !
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a rendu visite la Commune rurale d’Ivato ce jeudi 10 juin. Un passage éclair mais très lourd en symbole ! C’est la première fois dans les annales de la République qu’un Président a bien voulu courber l’échine et descendre pour rendre visite une Commune rurale fief de l’opposition. Le premier magistrat de ladite Commune appartient au parti très engagé au camp d’en face.

A bout portant

AutoDiff