Publié dans Société

Construction d’infrastructures d’approvisionnement en eau potable - Deux tiers des travaux achevés dans l’Analamanga

Publié le mardi, 27 avril 2021

Plus de 50 000 m3. Telle est la quantité quotidienne des besoins en eau potable qui seront prochainement comblés dans la Région d’Analamanga. Ceci grâce aux infrastructures en construction dans diverses localités, lesquelles seront opérationnelles d’ici la fin de cette année 2021. « Les travaux de construction des infrastructures d’approvisionnement en eau potable avancent malgré les obstacles, dont la crise liée à la Covid-19.

A l’exemple de la mise en place de 10 stations de traitement containerisées, alimentées par forage ou par captage direct dans les rivières, dont les travaux sont presque achevés. Les stations d’Anosizato et d’Ankadindratombo seront fonctionnelles d’ici peu », avance Simon Robison Randriatsiferana, Secrétaire général (SG) du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (MEAH). D’un autre côté, des forages à débit plus important sont installés dans quelques localités. Celui du côté de Tsarasaotra, dont l’installation des tuyaux est en cours, permettra par exemple d’améliorer l’approvisionnement en eau potable à Ivato et ses périphéries. En parallèle, les travaux de construction du côté de Sabotsy-Namehana débuteront incessamment.  

Quant à la création de 46 points d’eau par forage, environ deux tiers des travaux, soit plus de 65 %, sont déjà entrepris. Les travaux ont un peu trainé par rapport aux prévisions, entre autres à cause de la qualité différente de l’eau dans chaque site. Cette situation a nécessité l’utilisation d’une autre unité de traitement physico-chimique et bactériologique, dont l’acquisition tient compte des besoins par point d’eau. Aussi, la pollution des nappes pose problème puisqu’elle nécessite le renforcement du traitement de l’eau. « Outre les sites déjà identifiés pour la création de ces points d’eau, 20 autres localités de remplacement sont également déterminées, comme c’est le cas à Ambavahaditokana. Ces derniers sites permettront de remédier au taux de négativité du projet, favorisé par la quantité insuffisante de l’eau, sa pollution ou encore le fait qu’elle soit salée », explique le Secrétaire général du MEAH. Faut-il rappeler que la création de 46 points d’eau constitue une solution d’urgence pour approvisionner en eau potable plusieurs localités ayant des difficultés, et cela à travers le forage, le traitement de l’eau et la distribution à 4 robinets par site.

Pour information, deux tiers des demandes en eau à Antananarivo sont actuellement satisfaites. Autrement dit, 200 000 m3 d’eau potable sont dispatchés quotidiennement dans la Capitale sur les 300 000 m3 de besoin journalier. Plus de 50 000 m3 de ces besoins seront comblés avec les nouvelles infrastructures en construction, lesquelles seront opérationnelles cette année même.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff