Publié dans Société

Succession de tremblements de terre à Madagascar - Aucune information officielle !

Publié le mardi, 15 juin 2021

Silence assourdissant des autorités compétentes. En espace de deux mois, Madagascar compte au moins trois tremblements de terre, notamment sur les hautes terres. Et la dernière secousse remonte à hier, très tôt dans la matinée. D’après les témoignages des Tananariviens, plusieurs quartiers d’Antananarivo et même les périphéries ont ressenti des secousses aux alentours de 2h 10 du matin.  

« Nous avons pensé à un avion qui survolait  (…) ou comme si un camion traversait le long de notre mur (…) J’ai cru que quelqu’un frappait à notre porte à deux heures du matin ». C’est à ces réactions que se limitent maintenant les informations sur le séisme à Madagascar. Depuis un long moment, aucune information officielle n’a plus été partagée par l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA), la seule institution scientifique nationale sous tutelle de l’université d’Antananarivo, émettant des bulletins en cas de séisme de forte amplitude dans la Grande île. Les données ne sont plus connues, notamment son épicentre, l’estimation de la magnitude ou encore moins la durée et l’heure exacte où s’est déroué le phénomène.

Une source auprès de l’IOGA a expliqué que cela fait deux ans que l’observateur sismique est parti à la retraite. Après son départ, les quelques scientifiques présents ont essayé d’assurer le fonctionnement du service de sismologie en attendant son successeur. Malheureusement, des mois se sont écoulés, et personne n’a été envoyé par l’université d’Antananarivo pour procéder à cette étude scientifique. « La communication et la distribution des données sismiques relèvent de l’intérêt public. Cette mission d’intérêt général, c’est-à-dire le partage d’informations concernant des fréquentes et récentes perturbations naturelles ayant secoué le pays, revient ainsi à une personne publique dotée de prérogatives de puissance publique. Ainsi, nous ne devrons pas s’immiscer dans son travail, d’où cette absence d’information. Désormais, nous assurons juste les domaines scientifiques », a confié cette source. Et même au niveau des sites internationaux spécialisés dans les données sismiques, aucune information n’est plus inscrite sur les cas des tremblements de terre à Madagascar du fait qu’aucun détail n’a été transféré par les équipes du laboratoire de sismologie.

Rappelons que la semaine dernière, un séisme s’est également produit à Tsiroanomandidy. Quatre secousses du sol ont été ressenties dans la soirée du 8 juin dernier. La première s’est manifestée à 19h 20, tandis que la dernière a été entendue trois heures après. Selon les propos des habitants et des autorités locales, il s’agissait de forts tremblements de terre jamais enregistrés à Tsiroanomandidy, une zone classée parmi les zones sismiques à Madagascar.

K.R. 

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff