Publié dans Société

Sécurité routière - 10 % des véhicules administratifs examinés sont inaptes

Publié le lundi, 05 juillet 2021

Tous les véhicules circulant sur le territoire national doivent passer une visite technique régulière. Ce texte est valable pour les véhicules ayant été utilisés pendant plus de 5 ans, que ce soit dans le secteur privé ou public. Cependant, ces propos étaient seulement considérés comme une recommandation pour les institutions publiques.

Selon le décret datant de mars 1971 et la décision prise en Conseil des ministres - sortie en septembre 2019, la visite technique est obligatoire pour tous les véhicules administratifs. Afin d'appliquer cette note de service, la Direction générale de la sécurité routière (DGSR) a effectué une descente au niveau de l'Assemblée nationale. Les vérificateurs ont procédé à une visite technique des véhicules de transport de personnel, ceux des députés et leurs cortèges. Et ce, en commençant par ceux du président de cette institution. Cette descente a pour objectif de sensibiliser et d'encourager toutes les institutions publiques à procéder à une visite technique de leurs véhicules. Néanmoins, toutes les démarches administratives sont gratuites.

Depuis 2019, environ 10 % des véhicules administratifs qui ont passé la visite sont inaptes, selon la statistique au niveau de la DGSR. En 2019, ce taux était de 11,9 %, contre 8 % en 2020 et 6,5 % durant le premier trimestre de l'année 2021. Comme il est stipulé dans le règlement, tous les véhicules qui sont déclarés inaptes ne peuvent pas rouler et devront passer une contre-visite. Avant cela, les propriétaires devraient procéder à une réparation. L'objectif est de lutter contre les accidents de la circulation, causés par la défaillance technique et mécanique. D'ailleurs, il a été constaté que ces derniers temps, les véhicules administratifs provoquent également des accidents de la circulation, selon le directeur des opérations auprès de la DGSR.

Anatra R.

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff