Publié dans Société

« AKAMA » 67 Ha - Trois malentendants décrochent le diplôme du baccalauréat

Publié le vendredi, 10 septembre 2021


Six élèves présentant un handicap auditif et linguistique, issus d’« Akanin'ny marenina » (AKAMA) ou  Centre d’éducation des sourds, situé aux 67 Ha, ont passé cette année les épreuves du baccalauréat. Lors de la publication des résultats, trois d’entre eux ont figuré sur la liste des admis dont Maholy, Lafatrinisoa et Avosoa. Mieux encore, Avosoa a obtenu la mention « Assez bien ».
Pour Lafatrinisoa, même si les sujets littéraires lui ont paru difficiles, il a su se rattraper dans les matières scientifiques. « Je voudrais poursuivre des études universitaires. Je projette de suivre une formation en informatique », nous a-t-il révélé au dernier jour de l’examen du baccalauréat au CEG de 67 Ha. Notons que 63 candidats sourds-muets se sont présentés à l’examen du baccalauréat pour cette session 2021.
Par ailleurs, sur les 79 candidats en situation de handicap qui se sont présentés à l’examen pour l’obtention du Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE), répartis dans tout Madagascar, 13 élèves malentendants viennent dudit centre AKAMA. Huit parmi eux ont réussi, ce qui représente 61,63 % de taux de réussite. Et à l’examen d’obtention du Brevet d'études du premier cycle (BEPC), les 19 candidats issus de cet établissement ont été tous admis.

Il faut savoir que les candidats malentendants traitent les mêmes sujets que les autres élèves. Sauf qu’un traducteur accompagne ces candidats tout au long de l’épreuve. Outre l’assistance d’un enseignant spécialisé, la reconnaissance de leur situation de handicap a permis également au centre d’examen de leur accorder des minutes de plus à chaque sujet.

A titre d’information, le centre « Akanin'ny Marenina » a été créé à Antsirabe le 22 juin 1985, à l’initiative de l’Eglise luthérienne malagasy ou FLM. Non seulement, il propose un enseignement général de base, de la maternelle jusqu’en terminale, mais les élèves peuvent également y apprendre d’autres matières plus ouvertes sur la formation professionnelle, notamment la couture, la menuiserie, l’informatique, la cuisine. Les diplômes délivrés par l’« AKAMA » sont reconnus par le ministère de tutelle. Les bénéficiaires étudient en tant que pensionnaires ou demi-pensionnaires. Ils peuvent également apprendre des matières parascolaires, entre autres les arts martiaux.

K.R.



Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff