Publié dans Société

Ville d’Antananarivo - La chasse aux taxis-motos commence !

Publié le lundi, 13 septembre 2021

Une activité qui n’est pas conforme au statut de la ville. Après que le Conseil municipal ait confirmé son refus de l’autorisation des taxi-motos à exercer dans la Capitale, la Mairie passe à l’action. Dans la matinée d’hier, les agents de la Police municipale et nationale ont effectué une descente inopinée  à Ivandry. Ils ont ramassé environ cinq taxis-motos, garés à côté du stationnement des taxis-ville. Les matériels ont été saisis, tandis que leurs propriétaires ont été sollicités de monter à bord du véhicule de la Police pour subir une enquête.

 

Selon une source sûre, des renseignements ont été déjà fournis par la Police communale afin de connaître leurs lieux de stationnement et poursuivre ces taxis moto. Une descente au préalable a déjà été

effectuée durant quelques temps afin de faciliter la tâche. Les actions ne s’arrêteront pas là afin de lutter contre les taxis clandestins dans la Commune urbaine d’Antananarivo. « Ce n’est que le début de l’opération dans la lutte contre la circulation des taxis-motos. D’ailleurs, le maire de la ville, Naina Andriantsitohaina, a déjà indiqué sa position de tout mettre en œuvre afin d’appliquer toutes les mesures prises à l’issue du résultat de vote au sein du Conseil municipal », a-t-on indiqué.

Cette décision municipale arrive à point nommé pour les taximen. En effet, le développement de cette nouvelle activité clandestine met en danger leur carrière. Partout dans la Capitale, à chaque coin de rue, que ce soit au niveau des arrêts-bus ou sur les lieux de stationnement des taxis-ville, les parkings - en particulier ceux des établissements hospitaliers, on trouve facilement des taxis-motos. Leur existence est une grande perte pour les chauffeurs de taxi, vu l’énorme somme d’argent qu’ils devraient s’acquitter avant de pouvoir exercer tranquillement. « Actuellement, tous ceux qui possèdent une moto ou un scooter peuvent exercer dans ce domaine, mettant ainsi en danger la vie d’autrui. Mais une fois que toutes les règles de jeu sont claires et les sanctions renforcées, j’espère que leur nombre diminuera considérablement », avance Ranary, chauffeur de taxi résidant à Alarobia. Par ailleurs, cette activité ne fait qu’aggraver l’insécurité qui mine les Tananariviens actuellement. Les kidnappeurs, les escrocs et malfaiteurs en tout genre se cachent derrière leur masque et casque pour pouvoir faciliter leur tâche, sans parler de la hausse des accidents de la circulation provoqués par ces véhicules. Du coté sanitaire, l’emprunt des casques facilite également la propagation de la pandémie de Covid-19.

Anatra R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff