Publié dans Société

Ampasampito - Un policier succombe des suites de ses blessures

Publié le mardi, 14 septembre 2021


A la fois dramatique et émouvant ! Vers le milieu de l’après-midi hier, une berline conduite par une dame a torpillé par derrière la guérite située au carrefour des voies à Ampasampito, près de la Météo, et où se tenait un agent de la circulation. Un accident qui a coûté la vie au policier répondant au nom de Zo Elysé Andrianarisoa, quelques moments après le drame. Le coup de bélier du véhicule, un break vert bouteille, et dont la conductrice n’a réussi à l’immobiliser qu’après plusieurs mètres de distance, fut particulièrement brutal de telle sorte que le box fut non seulement défoncé, mais a été projeté à quelques mètres de son emplacement, au même titre que le scooter garé à côté. “Jusqu’à présent, on ignore le motif qui a fait perdre le contrôle chez la conductrice. Nul n’arrive à comprendre pourquoi elle a foncé tout droit sur la guérite alors que la chaussée n’était pas encombrée”, constate un taximan, témoin à la terrible scène.
Selon des témoins, la victime fut d’abord piégée par les décombres de son abri de fortune. A cet instant, elle a déjà momentanément perdu connaissance. Il a même fallu pour les sauveteurs de désincarcérer la victime de ces amas de tôle totalement déformée. Avec ses graves blessures où son pronostic vital a été engagé, l’agent de la circulation fut évacué d’urgence à l’hôpital militaire de Soavinandriana (HOMI). Pendant quelques moments d’ultimes tentatives pour le ranimer, les médecins ont dû s’avouer vaincus. Le policier a finalement succombé des suites de ses blessures.
Cet accident a mobilisé de hauts responsables de la Police. Vers la fin de l’après-midi hier, ils s’étaient déplacés à l’HOMI pour témoigner leur solidarité envers l’agent de la circulation accidenté et ses proches. Actuellement, l’affaire est entre les mains de la Brigade des accidents ou BAC à Tsaralalàna. Pour le moment, on ignore encore le sort qui attend la conductrice mise en cause. Aux dernières nouvelles, elle devait encore se trouver dans les locaux de la Police à Tsaralalàna où elle est soumise à une enquête de routine. Seuls donc les éléments de celle-ci permettront de déterminer si l’accident relèverait d’une erreur humaine, ou plutôt d’origine technique.
Franck R.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff