Publié dans Société

 100ème anniversaire de Rado - « Hafatra » et « Ando » rééditées

Publié le vendredi, 01 octobre 2021

Les œuvres de Georges Andriamanantena, connu sous son nom de plume Rado, commencent à disparaître sur le marché du livre. Cependant, elles ont bercé toute une génération et ont été la source de l'inspiration pour plusieurs artistes et écrivains, entre autres « Voninkazo Adaladala », « Hafatra », « Raha ho avy Ralala ny taona hodiako », «  Tsy maintsy mipoaka ny sarom-bilany ».

Dans le cadre de la célébration du centenaire de ce légendaire journaliste, écrivain et poète, ses enfants ont décidé de rééditer ses œuvres. Il s'agit de «  Hafatra » et «  Ando » qui sont actuellement introuvables dans les librairies, mais figurant parmi ses meilleurs poésies. « Outre une sorte de levée de fonds dans le cadre de la célébration de ses 100 ans en 2023, c'est un honneur pour nous de pouvoir le faire pour que la génération actuelle connaisse les œuvres de ce grand homme de la littérature malagasy », soutient Solofo Andriamanantena, son fils. Le recueil de poésies « Hafatra » sera reproduit en CD audio. Il contiendra 24 poésies, tandis que « Ando » est un livre de récitation pour les enfants.

Pour cette première étape, 500 CD audio et livres seront dispatchés dans tout Madagascar. Ce n'est que le commencement, mais ses descendants sont encore en train de concocter plusieurs projets comme la réédition de chansons évangéliques et l'organisation de spectacles. Eventuellement, Rado avait écrit au moins sept pièces dont certaines d'entre elles étaient apparues dans des journaux comme «  Hehy » et « Imongo vaovao ». Celles-ci seront ainsi réassemblées et reproduites.

Georges Andriamanantena est né le 1er octobre 1923 à Antananarivo. Il est le dernier-né d'une famille de 5 enfants. En 1960, il faisait des études de journalisme à Strasbourg (France) puis exerçait le métier de journaliste jusqu'en 1978 où il commençait à se consacrer à la littérature. Il était devenu membre de l'« Akademia malagasy » en 1988. Rado était un écrivain essentiellement d'expression malagasy et un défenseur de la culture. Il avait sorti dix ouvrages contenant ses poèmes qui sont au programme des classes du second cycle de l'enseignement secondaire à Madagascar. Ces œuvres sont « Dinitra » (1973), « Ando » (1977), « Zo » (1989), « Sedra » (1993), « Ny teny malagasy » (1994), « Tsy maintsy mipoaka ny sarom-bilany » (2002), « Voninkazo adaladala » (2003), « Fiteny roa » (2005), traduite en « Deux langues ».

Anatra R.

Fil infos

  • Élection - L’Antoko Hiaraka Isika recadre l’Opposition
  • Gestion des risques et des catastrophes - Un centre national pour gérer les réponses d'urgence
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés d’Ankaboka et de Marovoay - « Nous allons nous entraider »
  • Jean-Claude de l'Estrac - « Madagascar était l'eldorado de l'océan Indien… »
  •  Velirano présidentiel - Le projet « Téléphérique » va bon train !
  • Economie bleue - Maroc apprend de Madagascar
  • Lutte anti-corruption - « Madagascar a fait un bond de 16 places depuis 2019 »
  • Vakinankaratra - Le voyage en immersion pour relancer le tourisme
  • Îles Eparses  - Le SECES écarte toute idée de cogestion 
  • Mobile money - Les systèmes d’arnaque se diversifient

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la haute trahison !
    Ketakandriana Rafitoson remet de fait en cause l’appartenance des Iles Eparses dans le giron de la République Malagasy. En effet, la directrice pays de l’ONG Transparency International Initiative Madagakasikara (IT-IM) fustige la cause nationale. Elle défend ouvertement la position de la France selon laquelle ces petites îles font partie intégrante du territoire français. La directrice pays de l’IT – IM, au cours d’une interview accordée au quotidien français « Le Monde », à l’entame de l’année nouvelle 2023, portant sur plusieurs sujets touchant les relations entre les deux pays, Madagasikara et la France, émit un avis pour le moins controversé concernant la revendication des Malagasy en vue de la restitution des îles Eparses au sein du territoire de la République Malagasy. Ketakandriana Rafitoson prend le contre-pied de Madagascar « je m’interroge sur les liens qui nous unit à ces îles. Ce sont des terres inconnues par nous auxquelles nous ne…

A bout portant

AutoDiff