Publié dans Société

Cadavre carbonisé à Ankatso - La victime identifiée par ses proches !

Publié le dimanche, 17 octobre 2021

Le corps sans vie et carbonisé d’une femme avait été découvert dans un secteur boisé aux alentours de l’université d’Ankatso dans la soirée de vendredi. Cette découverte macabre a été faite lors d’une intervention des sapeurs-pompiers qui avaient été appelés pour un simple incendie. Ce fut en pleine extinction du feu que ces derniers ont remarqué la dépouille déjà calcinée. 

Moins de 48 heures plus tard, la victime a pu être identifiée par ses proches qui l’avaient déjà recherchée partout.  Le week-end dernier, ils ont fini par publier et faire partager sur les réseaux sociaux les nouvelles de la découverte macabre. Grâce à leur information, l’identité de la disparue, a été donc révélée. Ils l’ont reconnue après une récente vérification et un constat fait sur place à la morgue. Il s’agit d’une mère de famille de 54 ans, plutôt connue comme femme au foyer, de son vivant. « Malgré les effets ravageurs des flammes, on a pu confirmer qu’il s’agissait bel et bien de la victime, qui était reconnue grâce à ce qui restait des vêtements qu’elle a portés pour la dernière fois », commente une source hospitalière.

En effet, les membres de sa famille s’étaient vivement inquiétés en ne la voyant toujours pas rentrer à la maison, dans la soirée de jeudi. D’après l’élément d’information qui a filtré de l’affaire, la mère de famille devait se rendre à Besarety pour un rendez-vous, ce jeudi soir-là. Depuis, la quinquagénaire n’a pourtant plus donné signe de vie. L’angoisse et l’inquiétude de ses proches étaient telles qu’ils ont même été conduits à promettre une récompense à tous ceux qui sont susceptibles de retrouver les traces, sinon détenir une quelconque information sur la femme portée disparue.

Sous le choc

Encore sous le choc de cette tragédie, la famille préfère, pour le moment, garder le silence. Aucune information supplémentaire n’a donc pas encore été obtenue pour éclairer le mystère de ce décès dont les circonstances sont plus que suspectes.

« Désolé, je ne peux vous révéler quoi que ce soit encore à ce sujet, ni sur d’autres ! », se contente de dire un proche de la victime, hier. Idem du côté de la Police. De savoir si un ou des individus soupçonnés avaient été arrêtés dans le cadre de l’enquête sur cette affaire,  la réponse était négative. « Je crois que nous n’en sommes pas encore arrivés à ce stade. Néanmoins, l’enquête suit son cours », a-t-on appris de source policière, toujours hier.

En attendant une version officielle des autorités sur cette triste affaire, la thèse d’un meurtre semble être la plus plausible, du moins pour le moment. Et que le ou les assassins auraient jeté le cadavre dans ce secteur boisé d’Ankatso. Ainsi, l’on se demande s’ils n’auraient volontairement pas mis le feu à cet endroit pour tenter de maquiller le crime. Pour le moment, cela reste au stade d’une hypothèse. Un bref rappel des faits s’impose : un incendie s’est déclaré puis a dévasté un secteur boisé de l’université d’Ankatso, vers 17h vendredi dernier. Les agents de sécurité, de leur côté, ont appelé les sapeurs-pompiers afin de mâter les flammes. C’était dans ces circonstances que le corps de la quinquagénaire, déjà consumé, a pu être trouvé. Par la suite, le Bureau municipal d’hygiène (BMH) a dépêché ses agents à l’endroit, histoire de récupérer la dépouille de la malheureuse. L’enquête suit son cours.

F.R.

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff