Publié dans Société

Glissements de terrain sur la Haute ville - Des habitants s’entêtent à rester sur les lieux !

Publié le mardi, 25 janvier 2022

Une évacuation difficile. Le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a lancé une alerte rouge quant à la menace de glissements de terrain ou la chute de rochers sur la Haute ville. Ce danger imminent concerne 14 Fokontany à savoir Amparibe, Ambatovinaky, Tsimialonjafy, Ambanin’Ampamarinana, Ankadilalana, Tsarafaritra, Ambohipotsy, Andohamandry, Ifaliarivo Ambanidia, Manjakamiadana, Andafiavaratra, Ambavahadimitafo, Ankazotokana Ambony  et Ambohitsiroa VN.

La majorité des habitants de ces localités classées dans la zone rouge s’entêtent pourtant à rester sur les lieux. D’après les témoignages, ce sont seulement les femmes et les enfants qui ont quitté leurs habitations, pour aller vivre dans les sites d’hébergement ou chez leurs proches. Les hommes restent à la maison pour surveiller leurs biens. « Nous sommes dans une situation pénible, pourtant, des voyous profitent encore pour dérober tout sur leur passage. Sur ce, nous sommes obligés d’y rester, malgré les dangers qui planent », soutient un père de famille. Ils ont quitté l’endroit lundi soir, avant d’y revenir dans la matinée comme si de rien n’était. Pourtant, à Ambanin’Ampamarinana, un terrain commence à glisser, plus précisément sur la pente où le nom « Antananarivo » est sculpté, indique le BNGRC. Cet endroit est le plus dangereux.

Evacuation manu militari

Avec l’entêtement de bon nombre d’habitants à rester chez eux malgré le danger qui les guette, les responsables usent de tous les moyens pour l’évacuation. « Nous avons dû faire pression aux habitants des quartiers de la Haute ville pour qu’ils quittent les zones rouges, mais certains y sont encore restés. Ils devront faire une lettre d’engagement quant à leur choix et seront responsables de ce qui va arriver », informe Charmant Rabemananjara, délégué au maire du 2è Arrondissement d’Antananarivo. Pour sa part, le directeur des études et de gestion des risques auprès du BNGRC en la personne de Paolo Solonavalona Raolinarivo avise d’une évacuation manu militari. « Les militaires vont entrer en scène pour obliger les habitants récalcitrants à quitter les lieux et pour éviter le pire. Sauver des vies et protéger les gens constituent notre devoir », a-t-il souligné. Les responsables des Fokontany renforcent, quant à eux, les sensibilisations des habitants sur les risques et menaces encourus. Ils se disculpent de toute responsabilité quant à l’obstination des habitants à rester. Les personnes évacuées sont aussitôt accueillies dans les sites d’hébergement, où tous les secteurs sont mobilisés. Selon les informations recueillies, 80 sur 154 ménages ont quitté le Fokontany de Tsimialonjafy dans la matinée d’hier. Ils sont accueillis à l’EPP Soldat. Plus de 400 familles sinistrées des Fokontany d’Ambanin’Ampamarinana et d’Ankadilalana sont abritées à l’INFP Mahamasina.

Recueillis par Anatra R. et Patricia R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff