Publié dans Société

Trafic d’or aux Comores - Les deux trafiquants malagasy jetés en prison

Publié le mardi, 25 janvier 2022

Après une longue semaine d’attente, le sort des deux passeurs malagasy arrêtés puis extradés des Comores pour trafic d’or, les fameux 49kg, a été finalement ficelé. Il s’agit d’Azaly Pacheco et de Pierre Stenny. Car après le déferrement des deux hommes au pôle anti-corruption ou PAC d’Antananarivo, ils ont été immédiatement placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

Ce qui ne manque pas de susciter à la fois l’étonnement et l’incrédulité générale vu l’ampleur des méfaits des concernés. En réalité, les accusés mériteraient même un séjour au bagne de Nosy Lava plutôt qu’à la maison centrale de la ville, si on peut l’exprimer ainsi. Primo, ils sont multirécidivistes car ils ont été mentionnés également dans l’affaire des 73,5 kg d’or du pays saisis cette fois-ci en Afrique du Sud, l’année dernière. De toute façon, ils sont recherchés depuis un an dans le cadre de cette affaire en décembre 2020. Les suspects ont toujours réussi à échapper à la vigilance des autorités, aussi bien malagasy qu’étrangères. Mais il y a pire. Le procureur des Comores dispose moult renseignements judiciaires concernant les deux trafiquants malagasy arrêtés dans son pays. C’est lui qui a révélé comme quoi les suspects auraient effectué 11 opérations similaires, c’est-à-dire de transit clandestin d’or, avant que les autorités de l’île voisine ne parviennent finalement à mettre la main sur eux, vers fin décembre 2021.  Et lors de leur arrestation à l’aéroport de Moroni, les Forces de l’ordre comoriennes leur ont surpris 1kg d’héroïne. 

Mais revenons sur cette décision de la Justice qui a préféré la prison d’Antanimora et non celle de Tsiafahy, vu le caractère national de l’affaire. Sans doute, elle aurait été motivée par le souci d’éviter  surtout tout contact entre les deux récents prévenus avec leurs co-accusés, qui croupissent justement à Tsiafahy, et qui sont trempés dans le transit des 73,5 kg d’or en Afrique du Sud. 

Malgré tout, le rapatriement  des 49 kg d'or saisis reste incertain. Autre question qui mérite des éléments de réponse, celle de savoir qui sont donc les commanditaires.  Car rien ne permet de vérifier la véracité, ni de confirmer l’information, encore officieuse bien sûr alléguant qu’ils sont deux dont l’un de nationalité malagasy, et l’autre étrangère. Quoi qu’il en soit, le ministre de la Justice malagasy, Imbiky Herilaza était ferme sur ce point. Et tôt ou tard, les cerveaux du narcotrafic seront démasqués. Lors d’une récente interview sur cette affaire, il a bien promis que l’enquête de la Justice va apporter d’autres révélations importantes. Pour le moment, il affirme n’être pas en mesure d’en dire davantage, secret de l’instruction oblige. 

Franck R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff