Publié dans Société

Prix des légumes - Une hausse compréhensible !

Publié le mercredi, 26 janvier 2022


 Une grande perte pour les agriculteurs. Les champs de culture inondés, la majorité des récoltes détruites par les pluies. Une hausse du prix des légumes a été constatée depuis la semaine dernière, sans parler des produits maraîchers. Une hausse allant de 5 à 50%, selon les localités. Le prix des carottes varie entre 3 000 à 4 500 ariary le kilo contre 1 200 à 1 800 ariary, au début de ce mois de janvier. Les pommes de terre avoisinent les 2 300 à 3 500 ariary le kilo contre 1 200 à 1 800 ariary, auparavant. Les tomates atteignent les  3 000 à 5 000 ariary le kilo tandis que l’oignon à 4 000 ariary. Le prix du haricot se vend à  1 500 ariary le « kapoaka » contre 800 à 1 000 ariary auparavant. Face à cette situation, les agriculteurs sont obligés d’augmenter les prix afin de combler leur perte. Quant aux détaillants, ils ne font qu’aligner le prix avec ceux des grossistes, outre bien évidemment le problème commun sur la destruction des produits sur place.
Outre le prix exorbitant, la qualité est totalement abominable. La pluie a tout détruit. « Presque le tiers de la récolte est détruit par la pluie, puisque les légumes et produits maraîchers ne supportent pas l’humidité. Nous sommes obligés de les cueillir, dès que l’eau a commencé à monter. Cependant, nos clients ont diminué durant le mauvais temps », se plaint un agriculteur du côté de Morarano. D’ailleurs, c’est le cas en général, durant la saison des pluies, le nombre des consommateurs diminue, puisqu’il est difficile de conserver les légumes à cette période. Plus les légumes sont exposés à l’humidité, plus ils se détériorent. « Nous ne pourront plus les vendre, mais ou bien les jeter ou les donner aux éleveurs à un prix dérisoire. C’est une grande perte ». 
Anatra R.



Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff