Publié dans Société

Coronavirus - La population malagasy réticente aux vaccins !

Publié le vendredi, 13 mai 2022

Manque de conviction. Depuis que la Covid-19 sévit à Madagascar, une réduction du taux de vaccination a été signalée. En effet, contrairement à ce que les personnes à l'affût de l'actualité croient, il n'y a pas que le vaccin contre la Covid-19 qui n'intéresse pas la population malagasy, mais presque tous les vaccins préservant contre diverses maladies. Hier, le Professeur Zely Randriamanantany, ministre de la Santé publique, a avancé que le taux de vaccination a été de 90 % avant l'épidémie de Covid-19. Actuellement, il est à moins de 50 %.

« La population malagasy se laisse convaincre par les informations véhiculées par les médias et celles qui circulent sur les réseaux sociaux, mais aussi les fausses nouvelles. Les parents savent depuis toujours qu'après un vaccin, un bébé pourrait présenter une fièvre et d'autres symptômes. Et que ce sont des réactions très fréquentes et normales qui ne durent pas plus de deux jours. Et actuellement, après une vaccination, ils ont peur que leurs enfants tombent malades. Ces signes leur paraissent suspects et entrainent la remise en cause du vaccin. Un doute réel sur l'efficacité des vaccins longtemps administrés s'installe », regrette-t-il.

Quelques parents d'enfants à bas-âge qui ont été interrogés, mais voulant rester anonymes, n'ont pas hésité à confirmer leur réticence aux vaccins depuis l’arrivée de la Covid-19. « Je ne sais plus si je vais continuer à vacciner mon enfant (...) Peut-être que je vais reprendre la vaccination mais pas tout de suite (...) Personne ne connait exactement le contenu de la dose de vaccin », se sont-ils prononcés.

Ces propos ont également été soulignés par des notables venus de la Région d’Atsimo-Andrefana. Selon la princesse Zoendreniny Elakovelo, présidente nationale et fondatrice de la Fédération des Communautés royales traditionnelles coutumières et culturelles de Madagascar et non moins supportrice des droits de l'enfant dans le grand Sud, le manque d'information explique cette réticence.

« Dans les zones éloignées et enclavées, l'accès à l'information demeure très limitée. Ce sont donc les bruits de couloir qui fondent les décisions prises par les communautés rurales. Pour y remédier, il faudra leur apporter des explications claires et concises », a-t-elle souligné. Une raison qui a amené le ministère de la Santé publique à collaborer avec eux pour mener une campagne de sensibilisation.

Outre le vaccin anti-Covid-19 ou encore les immunités pour la femme enceinte et l’enfant à naître afin d'éviter des maladies potentiellement graves, le calendrier vaccinal actuel prévoit l'administration gratuite d’un certain nombre de vaccins pour les enfants de 0 à 18 mois. Il s'agit du BCG contre la tuberculose ; VPO contre la polio ; DTC-HepB-Hib contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite virale B, administré en association avec le vaccin contre l’Haemophilus influenzae type b ; Rota contre le rotavirus ; PCV-10 contre les infections pneumococciques, entre autres la pneumonie, la méningite, etc. ; VPI - vaccin poliomyélite inactivé ; VAR contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle.

K.R.

 

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff