Publié dans Société

Proposition de loi sur l'interruption médicale de grossesse - Manifestation de la société civile devant l'Assemblée nationale

Publié le vendredi, 13 mai 2022

« Toute personne physique qui aura pratiqué l'interruption de la grossesse pour motif médical au mépris des conditions prévues par la loi sera punie par les peines prévues par le Code pénal, article 317 ». L'article 28 de la Loi n° 2017-043 le précise. Ainsi, un médecin sera puni par la loi s'il pratique un acte médical pour sauver la vie de sa patiente et/ou sa santé mentale. Une des raisons pour laquelle la députée Masy Goulamaly a présenté une proposition de loi sur la dépénalisation de l'interruption thérapeutique de grossesse (ITG), en cas de maladies, de viols et d'incestes.

Enregistrée sous le numéro PPL 004-2021/PL, ladite proposition de loi n'est pas jugée suffisamment urgente pour être inscrite à l'ordre du jour des travaux de la session parlementaire d'octobre à décembre 2021. C'était également le cas lors de la première session ordinaire du 3 au 12 mai dernier. Insurgés, les activistes et membres de la société civile se sont manifestés hier devant l'Assemblée nationale à Tsimbazaza, pour réclamer que la proposition de loi sur l'ITG soit finalement considérée pour la prochaine session ordinaire, initialement prévue débuter hier. « Le Gouvernement dispose d'un mois pour étudier la proposition de loi, avant de la remettre à l'Assemblée nationale. Mais depuis son passage au Gouvernement en décembre 2021 et jusqu'à maintenant, l'observation n'est toujours pas parvenue à l'Assemblée nationale », rappelle la députée qui l'a présentée.

Des députés se positionnent !

« Cette proposition de loi a été élaborée en faveur des femmes. Elle ne tient compte ni de la religion, ni de l'origine ethnique, ni de l'appartenance politique », insiste la députée Goulamaly, hier à Tsimbazaza. Le député Guillaume Raveloson, élu à Fianarantsoa, était à ses côtés, avec les membres de la société civile. « Cette proposition de loi est d'une importance capitale à Madagascar, tant pour la protection des médecins que des femmes. Il s'agit ici de sauver des vies », a-t-il affirmé. Pour sa part, le député Paulbert Rahasimanana alias Rossy, élu dans le 4ème Arrondissement d'Antananarivo, s'est aussi positionné quant au PPL 004-2021/PL. « Le blocage réside dans le fait que les gens mélangent la santé d'une femme avec la loi, la religion et le moral. Des balises doivent pourtant s'imposer, dont l'adoption des mesures précisées par la loi. Les médecins savent si la grossesse portera atteinte à la santé de la mère ou si une malformation congénitale est constatée précocement via la radio, le scanner, etc. », s'est-il exprimé. « Imaginez que votre fille a été victime de viol et tombe enceinte. Resterez-vous les bras croisés pendant qu'elle subit cette souffrance toute sa vie ? », demande le député Rossy. Quoi qu'il en soit, « le contenu de la proposition de loi sur l'ITG devrait davantage être expliqué à une société « dépassionnée de religion, d'ethnie ou autres », propose le parlementaire.

Notons qu'outre la manifestation devant l'Assemblée nationale à Antananarivo, des activistes et membres de la société civile se sont également manifestés à Mahajanga, Antsiranana et Antalaha, pour la même cause qu'est la dépénalisation de l'ITG. Le mouvement s'enchaînera ce jour à Toamasina.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

 

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff