Publié dans Société

Mécontentement des commerçants - Des heurts avec la Police, une personne arrêtée

Publié le vendredi, 30 septembre 2022

La manifestation des commerçants à la sauvette ont dégénéré dans les environs de l’axe de la « Petite vitesse » à Analakely, en fin de matinée hier. Vers 11h15, la tension montait sur place et a finalement débouché sur un affrontement entre les Forces de l’ordre et les contestataires. A noter que les escarmouches se sont déroulées en deux phases. La première s’est produite sur cet axe même où les marchands mécontents ont érigé un barrage, brûlé des pneus usagés et se sont servis des chicanes de la Commune urbaine d’Antananarivo pour bloquer le tronçon allant de la gare Soarano à la Petite Vitesse.

Des éléments du commissariat central ont dû alors intervenir afin de libérer la voie. Du coup, les manifestants ont riposté en lançant des pierres et autres projectiles sur les policiers et leur véhicule. Bilan : le pare-brise a volé en éclats. Cependant, l’on n’a déploré aucune victime. De son côté, la contestataire, puisqu’il s’agit d’une femme, celle soupçonnée d’avoir lapidé le véhicule de la police fut repérée par les Forces de l’ordre. Ces dernières l’ont alors arrêtée sur le champ. Par la suite, les Forces l’ont emmenée dans les locaux de la Sûreté urbaine de Tanà où la dame avait à répondre de ses actes devant les enquêteurs.

Loin de calmer les esprits, l’arrestation de cette manifestante a au contraire redoublé le mécontentement des autres contestataires.  Cette fois-ci, ils s’étaient déplacés pour se regrouper sur le carrefour de la Petite Vitesse, menant justement vers le commissariat central. Mais puisque ce commissariat central est une zone rouge, la Police a dû alors se déployer massivement tout autour. Du coup, le risque d’un sérieux dérapage a pu être évité de justesse car la Police a réussi à contenir à temps la foule de manifestants et la refouler hors du périmètre de l’hôtel de Police. De leur côté, les contestataires, au cours de leur repli, et banderoles en main,  ont rejoint de nouveau le secteur de Tanà Plazza sis à l’entrée de l’axe de la Petite vitesse via Soarano, là où le premier affrontement avec la Police a eu lieu. 

Vers 15h, cette Force a entamé des pourparlers avec les meneurs de grève. Elle les a conseillés de discuter avec les responsables de la CUA, proposition acceptée par les représentants des contestaires. Du coup, les tensions sont tombées, et la situation revenait à la normale. 

A l’origine de ces tensions, la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a lancé l'assainissement de plusieurs rues de la Capitale comme sur la rue Rainizafimaniraka ou « Petite Vitesse » depuis le début de cette semaine. Elle a confirmé que rendre l'harmonie et sa beauté à la Ville des mille doit être une priorité. D'ailleurs, les expulsions des marchands vont continuer et que la Commune ne reviendra pas sur sa décision.

Franck R.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff