Publié dans Société

Mahajanga - Les bas-quartiers submergés

Publié le dimanche, 22 janvier 2023


Après le passage du cyclone Cheneso avec son lot de pluies diluviennes, 3 Fokontany dans la ville de Mahajanga sont complètement sous les eaux. L’eau s’étend sur une grande superficie couvrant la majorité des bas-quartiers de la ville, mais les plus touchés sont les Fokontany d’Ambalavola, de Tsararano et de Fiofio. Etant donné que Mahajanga est une ville lagunaire, ses bas-quartiers sont facilement la proie des inondations. Trois jours de précipitations ont eu raison de quelques quartiers de la ville.
Face à cette situation, de nombreux habitants ont dû être évacués de leurs maisons. Selon les derniers chiffres émis par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), on compte au moins 2.050 déplacés. Ils ont été accueillis à l’EPP de Fiofio qui, malgré la montée des eaux, a été épargnée vu qu’elle se trouve en hauteur. D’ailleurs, le site a été déjà prédisposé pour servir d’abri d'urgence aux sinistrés. Avant de rejoindre l’EPP Fiofio, les sinistrés étaient auparavant accueillis à la Maison du quartier d’Ambanavola. Cependant, celle-ci est aussi inondée actuellement.
Les évacuations ont été organisées de concert par la Région, le BNGRC, le service des pompiers et la Direction régionale de la population Boeny. Pour l’heure, le nombre de locaux et de maisons d’habitation inondées n’est pas encore connu. En outre, il est à noter que malgré ce désastre, beaucoup d’habitants ont préféré rester chez eux.
Suite au niveau d’alerte jaune reçue par Mahajanga, les élèves ne vont pas à l’école ce jour, et ce, jusqu’au 26 janvier prochain. Cette mesure pourrait être renouvelée selon l’évolution de la situation sur place.
Par ailleurs, la RN4, au PK 446, est actuellement coupée au niveau du radier d'Antananambao Andranolava. Il est complètement sous les eaux, ce qui rend son franchissement très dangereux. Ainsi, on a constaté une longue file d’attente de voitures qui attendent que le niveau de l’eau baisse.
Du côté du service de la météorologie malagasy, celui-ci a affirmé dans son bulletin du 22 janvier que la pluie va continuer à tomber dans les quatre jours à venir. Madagascar est actuellement en pleine période de pluie et la mousson domine actuellement le temps sur plusieurs Régions. Des précipitations de 70 à 100 mm/24h sont encore prévues sur le nord- ouest, le centre ouest et le sud-est de l’île. Par conséquent, une alerte « forte pluie » a été émise pour les Districts d'Ambanja, Bealanana, Analalava, Antsohihy, Boriziny, Mampikony, Miandrivazo, Belo-sur-Tsiribihina, Farafangana, Vondrozo, Vangaindrano, ainsi que tous les Districts des Régions de Boeny, Melaky, Vatovavy, Fitovinany et Analamanga.
Actuellement, la pluie continue de tomber dans la ville des fleurs malgré le fait qu’elle s’est un peu calmé en intensité.
Nikki Razaf

Fil infos

  • Forcing politique - 11 candidats veulent semer le chaos 
  • Présidentielle - Une armada de soutiens derrière Andry Rajoelina
  • Assassinat d'un chanteur célèbre - Liberté provisoire refusée pour son "amie"
  • FFKM - La tentation d’une justice parallèle
  • Conjoncture - La comédie du collectif des candidats continue
  • Trophée des jeunes entrepreneurs - Rajoelina au rendez-vous des anciens lauréats
  • Pipeline d’Efaho - Un millier de gros tuyaux débarque !
  • Morarano Gare - Récidive en pleine poursuite pénale
  • Conjoncture économique 2023 - Amélioration de l’exécution budgétaire par rapport à 2022
  • 33 ans du Groupe SODIAT - « Le respect doit primer sur la peur », rappelle Maminiaina Ravatomanga

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Ridiculement vôtre !
    Jusqu’à quand et jusqu’où notre pays sera-t-il amené à voguer sur de fictives vagues vers nulle part ailleurs, vers l’impasse ? Le ridicule ne tue pas. N’empêche que vous les supposés acteurs politiques du pays, vous vous lancez comme des clowns potentiellement ridicules à exécuter sur scène des numéros au lieu de faire rire sinon amuser la galerie font grincer les dents. Au final, certains des acteurs de la classe politique nationale font pitié.Si les uns passent sans transition ni scrupule d’un camp à l’autre jusqu’à vendre leur âme et tourner indéfiniment leurs vestes, d’autres s’amusent à faire des bêtises, à dire n’importe quoi. D’autres encore s’entichent à alimenter de vaines polémiques. D’autres enfin se tiennent debout respectant l’éthique politique tout en restant fidèles, corrects et intègres.A l’approche de la date butoir de 9 novembre, des alliances se font et se défont ! Des paniers à crabes ici et des…

A bout portant

AutoDiff